SNCM : l'État interpellé sur fond de grève

le
0
Élus et salariés s'inquiètent de l'avenir de la compagnie fragilisée par les conditions du nouvel appel d'offres lancé pour la desserte de la Corse.

Une fois de plus, les navires de la SNCM sont restés à quai lundi pour cause de grève. Les marins s'inquiètent pour l'avenir de leur compagnie en difficulté. Ils ne sont pas les seuls. Plusieurs élus de Corse et des Bouches du Rhône appellent le gouvernement à la rescousse.

Paul Giacobbi, le président de la Collectivité territoriale de Corse, demande ainsi «solennellement le maintien de la SNCM dans le giron du secteur sous contrôle public». Aujourd'hui la compagnie est détenue à 66% par Veolia Transdev, à 25% par l'État, et à 9% par les salariés. Mais Paul Giacobbi fait les comptes autrement. Veolia Transdev (VTD) est détenu à 50-50 par Veolia et par la Caisse des dépôts, donc l'État détient directement (25%) et indirectement (33%), 58% du capital de la SNCM.

Une donne qui est en train de changer. La...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant