SNCM et la Méridionale : la grève reconduite 24 heures

le
3
SNCM et la Méridionale : la grève reconduite 24 heures
SNCM et la Méridionale : la grève reconduite 24 heures

Le mouvement de grève entamé la semaine dernière à la SNCM et à la Méridionale est prolongée de 24 heures. La grève a été revotée «à l'unanimité» avec «toujours plus de personnels grévistes, en l'absence de réponse du gouvernement», a déclaré le représentant de la CGT Marins de la SNCM, Frédéric Alpozzo. Des assemblées générales ont eu lieu lundi matin au sein des deux compagnies, en grève depuis mercredi. Ce mouvement a interrompu tout le trafic de fret entre la Corse et le continent.

Parmi les motifs du mouvement, les grévistes demandent l'obligation pour toutes les compagnies opérant en France d'être sous pavillon français premier registre, ce qui n'est pas le cas de la Corsica Ferries. A défaut, cela engendre, selon eux, une distorsion de concurrence. La fédération nationale des CGT Marins doit être reçue lundi après-midi au cabinet du ministère des Transports à ce sujet, et une autre réunion doit avoir lieu avec les organisations syndicales et les armateurs jeudi.

Une offre de reprise abandonnée

A la SNCM, l'autre préoccupation majeure est la situation économique et actionnariale de la compagnie maritime, en proie à d'importantes difficultés financières. Les syndicats réclament la mise en oeuvre du plan de redressement de la compagnie, qui prévoit l'achat de quatre bateaux contre 500 suppressions de postes, et que les actionnaires (Véolia Transdev à 66%, Etat à 25%, actionnaires salariés à 9%) ont voté le printemps dernier. Vendredi, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, avait annoncé qu'il allait réunir dans les prochains jours les acteurs du dossier SNCM pour voir comment financer l'achat de nouveaux navires, mais aucune rencontre n'a encore été programmée officiellement.

Par ailleurs, l'ancien président du port autonome de Marseille, Christian Garin, a indiqué qu'il avait abandonné son offre de reprise déposée il y a huit mois. «J'ai bien proposé d'intervenir sur le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nono67 le lundi 6 jan 2014 à 15:42

    il est certain que le silence assourdissant de veolia, actionnaire principal , équivaut a leur volonté de laisser la situation se degrader pour amener au dépot de bilan, licencier le personnel et repartir sur des bases saines....mais sans la cgt. Rendez vous compte qu'ils font grève pour forcer veolia à remettre au pot comme du temps ou l'état était actionnaire à 100% et préférait acheter la paix sociale. Ils sont complètement à la m a s s e !!!

  • M5441845 le lundi 6 jan 2014 à 15:19

    Surtout que la grève continue,jusqu'a la disparition totale de cette compagnie de malheur...

  • pichou59 le lundi 6 jan 2014 à 15:11

    la cgt toujours en grève; elle favorise l'emploi à Marseille avec l'argent des contribuables