SNCF, RATP, routiers, aéroports,... la semaine sociale s'annonce chaude

le , mis à jour à 23:32
8
SNCF, RATP, routiers, aéroports,... la semaine sociale s'annonce chaude
SNCF, RATP, routiers, aéroports,... la semaine sociale s'annonce chaude

«Les salariés sont décidés à s'engager dans un mouvement dur», a prévenu Philippe Martinez, le leader de la CGT. La semaine qui s'ouvre s'annonce donc chaude sur le plan social en France. Ainsi des grèves reconductibles sont annoncées chez les routiers, dockers, marins, facteurs, à la SNCF ainsi qu'à Aéroports de Paris,...

Même si le projet de loi Travail a été adopté en première lecture à l'Assemblée nationale sans vote via le recours à l'article 49-3, et alors qu'il commence à être étudié au Sénat, grèves et manifestations contre ce texte vont se multiplier cette semaine. Sept syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, l'Unef, l'UNL et Fidl) ont appelé leurs organisations respectives à «construire» deux nouvelles journées de grèves et manifestations les mardi 17 et jeudi 19 mai.

Et dès ce lundi soir, journée classée orange sur l'ensemble du territoire en raison des retours du week-end de Pentecôte, les routiers entrent dans le mouvement, laissant craindre des blocages sur certains grands axes.

Sur les routes

Les routiers devraient commencer à se mobiliser à partir de 22 heures. Ce mouvement devrait toucher le Nord, Nantes (Loire-Atlantique), Caen (Calvados), Marseille (Bouches-du-Rhône) et surtout Bordeaux (Gironde. Les syndicats FO, la CGT prévoient aussi de bloquer les accès des ports du Havre (seine-Maritime) et de Nantes-Saint-Nazaire. La région Ile-de-France devrait être épargnée.

Outre l'opposition à la loi Travail, les chauffeurs routiers ont aussi des revendications propres à leur secteur: le maintien de la rémunération des heures supplémentaires, rendre illégal tout accord à la baisse dans les entreprises par rapport aux dispositions établies dans la convention collective notamment. Une assemblée générale des routiers doit ce tenir mardi matin à Mondeville en bordure du périphérique de Caen pour décider des actions à mener. L’UNCP-FO a calculé que pour un salarié routier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • anto14 il y a 7 mois

    Ce qui se joue là va au-delà des petits "nantis" de fonctionnaires mais du nivellement par le bas des droits des salariés... Ceux qui se plaignent de ces manifestations ici ont soit une profession libérale ou des retraités, évidemment pas concernés par cette loi travail passée au 49.3

  • ne41pm il y a 7 mois

    Je refuse de payer mes impots car ces individus fonctionnaires et autres me coute tres cher . D ou je demande à tous les Français de faire comme moi .

  • patjo47 il y a 7 mois

    Tout a fait de l avis de Pathor ! et même pas 10 mais 6 % de fainéants privilégiés du public!Il serait temps de supprimer le droit de gréve et privatiser SNCF et EDF! Et supprimer les subventions et priviléges des syndicalistes !

  • Pathor il y a 7 mois

    «Les salariés sont décidés à s'engager.." non , pas les salariés mais les 10 % de syndicalistes rouges ...

  • paspil il y a 7 mois

    dans CH secteur il y a une convention collective , en general dans le publique c est la convention mais en mieux , dans le privé visiblement ils pourront avoir moins ... c est vraiment pas de chance ... à part qq grosses boites , le jeune a interet de priviligier la fonction publique ...

  • vnetter il y a 7 mois

    La CGT a des objectifs voisins de ceux de Daesh : détruire la France mécréante

  • dcabon il y a 7 mois

    Martinez manipule des moutons, qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez ! Je ne suis ni frontiste ni socialiste, mais il est fou de voir que la CGT n'est capable que d'engager des combats d'arrière-garde.

  • T20 il y a 7 mois

    pour une fois, je les soutiendrai !