SNCF : les syndicats déçus par la journée de grève de mardi

le , mis à jour à 10:31
3
SNCF : les syndicats déçus par la journée de grève de mardi
SNCF : les syndicats déçus par la journée de grève de mardi

De la direction aux syndicats, tout le monde a été surpris. Selon la SNCF, la journée de grève lancée hier par la CGT, l'Unsa, SUD-Rail et la CFDT contre le projet de convention collective préparée par l'UTP (Union des transports publics et ferroviaires) n'a mobilisé que 23,9 % des cheminots, bien moins que les 35,5 % du mouvement unitaire du 9 mars. « On s'attendait plutôt à une participation autour de 35 % », reconnaît même la SNCF. Néanmoins, le trafic a été très perturbé. Et pour cause, le taux de grévistes des conducteurs et des contrôleurs a frôlé les 60 %.

Soupe à la grimace

Chez les syndicats c'est la soupe à la grimace. « Il faut qu'on vérifie, mais on s'attendait à mieux, confie Marc Baucher, secrétaire général de l'Unsa. Sur le terrain, le mécontentement est réel. Ce n'est pas une invention des syndicats. Il y a un vrai ras-le-bol. C'est ce qu'on va dire à Alain Vidalies ( NDLR : secrétaire d'Etat aux Transports) jeudi. »

Pourquoi une mobilisation si faible ? Certains évoquent des appels à la grève trop nombreux et diffus, notamment contre la loi El Khomri. La CGT et SUD-Rail appellent d'ailleurs à participer à la journée de grève dès ce jeudi, qui ne devrait engendrer que de faibles perturbations sur les TER et Transiliens et être insensible sur les TGV.

D'autres critiquent le mode d'action. « Pour beaucoup, une grève de vingt-quatre heures ne sert à rien, analyse Cyrille Vainsonneau de la Fgaac-CFDT. Ils préfèrent garder leurs jours pour un mouvement reconductible. » D'autres jugent que l'objet de la grève concerne surtout les conducteurs et les contrôleurs. Résultat, le mouvement a très peu mobilisé les sédentaires, plus des trois quarts des agents. « Cela ne remet pas en cause d'autres mobilisations, assure Marc Baucher. Ce taux de participation n'est qu'un indicateur. Si les prochaines réunions ne sont pas concluantes, on prendra nos ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dcabon il y a 7 mois

    Trois grèves en moins de deux mois et déjà deux nouvelles annoncées pour le seul mois de mai, vous ne croyez pas qu'il y a d'autres moyen de "négociation" ??? Chez DB (les chemins de fer allemands), la grève n'est que l'ultime recours si la négociation échoue. A la SNCF, c'est le préliminaire indispensable ! Cherchez l'erreur. Même les plus privilégiés que sont les cheminots ont compris que les syndicats n'étaient plus dans le coup ! La lutte des classes c'est fini !!!

  • M917744 il y a 7 mois

    non mais une grève gentil cela ne sert à rien suffit de voir ceux de la fonction public ou des hopitaux qui ont fait grève mais comme tout c'est passé dans le calme , pas parlé dans les médias donc ils ont rien eut du gouvernement, alors que taxi et agriculteurs suffit de brûler et casser pour que les médias relient l'info et que le gouvernement promet des choses. si ils veulent se faire attendre c'est bloquer totalement les aeroports ou gare de lyon/nord

  • M8252219 il y a 7 mois

    Ils en ont ras le bol des politiques syndicales de réclamations perpétuelles. Ras le bol des grincheux de profession .