SNCF : les «grèves réveillons» légales mais «choquantes»

le
0
Invité ce dimanche du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», Guillaume Pepy, président du groupe SNCF, a annoncé un «plan d'urgence» pour 12 lignes «malades» de la SNCF.

«Il y a eu des erreurs commises et, comme PDG de la SNCF, je les assume», a martelé ce dimanche Guillaume Pepy, revenant ce dimanche sur l'affaire du train Strasbourg-Port-Bou. Dans la nuit du 26 au 27 décembre, une cascade d'incidents avait engendré un retard de 13 heures pour les 600 passagers à son bord. Un fiasco expliqué dans le rapport d'enquête interne par la planification des conducteurs, la météo et les grèves dites «réveillons». Il s'agit de ces préavis déposés pour les soirs du 24 et du 31 décembre qui, sous des prétextes divers, n'ont en réalité qu'un objectif: permettre aux agents censés travailler les soirs de fête de rester chez eux.

Le président de la SNCF a admis qu'une grève de ce type, autour du jour de Noël à Dijon, avait été un des facteurs expliquant l'incroyable «galère» des passagers du Strasbourg-Port-Bou. «Ces grèves-là sont principalement déclenchées par le syndicat SUD-rail depuis plusieurs années. Elles sont const

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant