SNCF : l'Assemblée vote la réforme aujourd'hui

le
0
SNCF : l'Assemblée vote la réforme aujourd'hui
SNCF : l'Assemblée vote la réforme aujourd'hui

L'Assemblée nationale doit voter ce mardi après-midi la réforme ferroviaire, à l'origine d'une longue grève de 14 jours à la SNCF. La réforme, examinée la semaine dernière par les députés, prévoit de regrouper dans une holding publique la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), l'organisme qui gère le réseau. Elle repose sur une organisation complexe, avec trois établissements publics à caractère industriel (Epic). L'objectif est de stabiliser la dette du secteur ferroviaire (44 milliards d'euros) et de préparer son ouverture totale à la concurrence.

Pour protester contre cette réforme, les cheminots ont débuté une grève nationale le 10 juin au soir. Mais la mobilisation s'est peu à peu effritée. Cette grève impopulaire (désapprouvée par trois français sur quatre, selon un sondage Harris Interactive), n'a pas atteint ses objectifs pour SUD-Rail et la CGT-Cheminots, les deux syndicats à l'initiative du mouvement. Leurs deux principales revendications qui étaient la reprise de la dette de RFF par l'Etat et la création d'une entreprise publique unique n'ont pas été satisfaites. Le texte devrait être adopté sans problème, la gauche étant majoritaire dans l'hémicycle.

Des «irréductibles» devant l'Assemblée

Le mouvement, dont le coût est d'ores et déjà évalué à «plus de 160 millions d'euros» par la SNCF, s'est éteint quasiment partout, en dehors de l'Ile-de-France. Les derniers bastions parisiens de protestation ont pour la plupart reconduit lundi une dernière fois leur grève jusqu'à ce mardi, jour du vote. En début d'après-midi, environ 300 «irréductibles» grévistes se sont rassemblés à proximité de l'Assemblée, sur l'esplanade des Invalides. «Nous sommes les derniers à faire grève, des irréductibles, mais nous restons combattifs». «Cette réforme ne marchera pas. Un jour, on aura raison, comme on avait raison de dire en 1997 que la séparation de la SNCF et RFF serait une catastrophe», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant