SNCF : des agents de la sûreté ferroviaire accusés de racisme à Montpellier

le
0
SNCF : des agents de la sûreté ferroviaire accusés de racisme à Montpellier
SNCF : des agents de la sûreté ferroviaire accusés de racisme à Montpellier

La SNCF tenterait-elle de minimiser le racisme de certains agents de la sûreté ferroviaire de Montpellier (Hérault) ? Mediapart a évoqué dimanche deux rapports internes de l'entreprise publique faisant état d'un SMS raciste et de chants néonazis. Plus d'un an après le signalement des faits en interne, les personnes incriminées travaillent toujours sur les lieux. Malgré les promesses de la direction de la SNCF de prendre des sanctions à leur encontre...

L'affaire remonte à la fin de l'année 2012. A Montpellier, Kamel a intégré la SUGE (sûreté générale), en charge de protéger les voyageurs et le personnel de la SNCF, six mois plus tôt. Son service compte 25 personnes. Mediapart relate son malaise quand, le 7 décembre 2012, il reçoit un SMS envoyé à de nombreux collègues.

«Seine-Saint-Denis : cinq arabes se tuent au volant d'une C5 lors d'une course-poursuite. Le Mirail à Toulouse : un jeune arabe au volant d'une saxo force un barrage de police et se tue. Grenoble : trois maghrébins se tuent à bord d'une DS3 Racing volée. MORALITE : vous n'imaginez pas tout ce que Citroën peut faire pour vous.» Destinataire lui aussi de ce message, Eric (dont le prénom a été modifié par le site d'information en ligne), collègue de Kamel, décide de lancer l'alerte auprès de sa hiérarchie.

Un DVD porno homophobe, du saucisson dans le casier d'un musulman...

«Eric avait les cheveux courts car il venait d'être muté d'Alsace, où il était militaire, raconte au Parisien.fr Nordine Ameur, secrétaire de la CGT-Cheminots de Montpellier. Alors certains ont pensé qu'il avait les mêmes idées qu'eux», c'est-à-dire des idées fascistes. Sa requête est alors restée vaine.

«Dès lors que le chef d'agence locale a eu connaissance de cet envoi de SMS, plus d'un mois après les faits, par l'un des destinataires, il a lancé une enquête interne, assure ce lundi la SNCF dans un communiqué. Cette enquête a établi que ces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant