Snap entame ses présentations aux investisseurs pour son IPO

le
0
    par Simon Jessop et Sophie Sassard 
    LONDRES, 20 février (Reuters) - Snap, le propriétaire du 
très populaire service de messagerie en ligne Snapchat, a donné 
lundi le coup d'envoi des présentations aux investisseurs dans 
le cadre de son introduction en Bourse, s'efforçant de répondre 
aux interrogations sur ses perspectives de croissance, sa 
valorisation et sa gouvernance. 
    Le groupe américain, qui n'a jamais dégagé le moindre profit 
depuis sa création, a choisi la semaine dernière de lancer son 
IPO sur le New York Stock Exchange sur la base d'une 
valorisation de 19,5 à 22,3 milliards de dollars, alors qu'il 
visait initialement 20 à 25 milliards.   
    Des investisseurs qui ont assisté à la présentation de lundi 
à Londres ont rapporté que le directeur général de Snap, Evan 
Spiegel, avait fait une présentation séduisante, mais ils se 
sont dits déçus de l'absence de prévisions sur le chiffre 
d'affaires et la part du marché publicitaire visée par 
l'entreprise, des éléments qui permettraient d'en savoir plus 
sur sa capacité à transformer son succès d'audience en réussite 
financière. 
    "C'est la question à un million de dollars et nous n'aurons 
pas la réponse avant un moment", a dit un investisseur à sa 
sortie de cette présentation d'une heure environ. 
    Pour l'occasion, Evan Spiegel avait troqué sa tenue 
décontractée habituelle pour un costume, sans aller toutefois 
jusqu'à porter la cravate. 
    La majeure partie des questions ont porté sur les moyens 
qu'entend utiliser Snap pour développer ses relations à la fois 
avec ses utilisateurs et les annonceurs et pour les transformer 
en sources de revenus, ont expliqué plusieurs participants. Les 
réponses en ont apparemment convaincu certains. 
    "La direction a fait du bon travail, ils étaient très 
convaincants", a dit un participant. 
    Snap, dont le siège est à Los Angeles, prévoit d'autres 
présentations à New York, Boston et San Francisco. Il devrait 
fixer le prix de son introduction après la clôture des marchés 
le 1er mars, selon un document confidentiel qu'a pu consulter 
Reuters, ce qui permettrait une première cotation le 2 mars. 
     
    PAS DE DROIT DE VOTE POUR LES ACTIONS DE L'IPO 
    Certains gérants de fond ont déjà annoncé qu'ils ne 
souscriraient pas à l'offre en raison du choix de Snap d'une 
structure à trois catégories d'actions, qui privera de droit de 
vote les actionnaires ayant acquis leurs titres lors de l'IPO. 
    Evan Spiegel et Bobby Murphy, cofondateur de l'entreprise, 
détiendront en revanche 10 droits de vote par action en leur 
possession et les autres actionnaires actuels un droit de vote 
par action. 
    "Mon avis, c'est que les investisseurs doivent être 
prudents: le fait que les actions ne donnent aucun droit de vote 
constitue pour moi un motif de préoccupation majeur du point de 
vue de la gouvernance", a déclaré Richard Saldanha, gérant 
d'Aviva Investors, avant la présentation.  
    Mike Fox, directeur des investissements durables chez Royal 
London Asset Management, estime lui aussi que l'incapacité à 
voter contre la direction lors des assemblée générales annuels 
constitue un "signal d'alarme majeur" et ne participera pas à 
l'opération. 
    Mais pour Geir Lode, responsable "global equities" chez 
Hermes Investment Management, "Snapchat propose un cocktail de 
'hype', de valorisation insensée, de fondamentaux douteux et de 
gouvernance faible. On disait cependant la même chose de 
sociétés comme Google et Facebook lors de leur entrée en 
Bourse". 
    "Pour des sociétés de hautes technologies en début de cycle 
de vie, la faiblesse de la structure de gouvernance est assez 
habituelle et malgré ces facteurs préoccupants, le rendement 
pour l'actionnaire a souvent été extraordinaire." 
     
 
 (Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant