Smuggler a taillé des costards à l'Euro 2016

le , mis à jour à 09:06
0
Smuggler a taillé des costards à l'Euro 2016
Smuggler a taillé des costards à l'Euro 2016

Ne vous fiez pas à la sonorité anglaise : Smuggler est bien de chez nous. C'est même le dernier fabricant de costumes made in France. Cette entreprise, dont l'atelier de fabrication, France Confections, est installé à Limoges (Haute-Vienne), a été choisie pour habiller les membres du comité d'organisation de l'Euro 2016. « Une belle opportunité pour nous », reconnaît son PDG, Gilles Attaf. « Nous ne pouvons pas nous battre sur les prix. Alors on se bat par l'image. »

 

Comment une petite enseigne de prêt-à-porter de 120 salariés a-t-elle réussi à décrocher l'affaire ? « Nous avions passé un accord avec le groupe RMC-BFMTV pour habiller les présentateurs. Grâce à eux, j'ai pu contacter la mairie de Paris et décrocher le contrat avec le comité d'organisation de l'Euro. » Un contrat qui ne lui rapporte rien, si ce n'est une belle occasion pour la PME de profiter d'une vitrine internationale malgré son budget de communication très limité. Presque une habitude pour la marque. En 2012 déjà, Smuggler avait profité d'un coup de projecteur après avoir obtenu le label Origine France garantie. Elle avait dans la foulée reçu la visite d'Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif. Lors d'un déplacement dans l'atelier limougeaud, il s'était fait « tailler un costard » avant de se rendre, quelque temps plus tard, sur le plateau de France 2 vêtu en Smuggler.

 

Un an après, une invention de la maison lui a offert une couverture médiatique internationale : les costumes « blindés » contre les ondes magnétiques. « C'est une poche qui bloque 97 % des ondes, résume Gilles Attaf. Tous nos vêtements en sont désormais équipés. » L'entreprise fabrique 10 000 costumes par an pour un chiffre d'affaires de 10 M€. Parmi ses clients, des hommes politiques comme Pierre Moscovici, Michel Sapin, Luc Chatel et bien évidemment le plus limousin d'entre eux : François Hollande.

 

La pari ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant