Smoby, Rossignol, Atol? relocalisent en France

le
0
Alors que Nissan va aider Renault à rentabiliser l'activité de son usine de Flins, d'autres sociétés ont choisi de rester dans l'Hexagone.

Même si la production de Nissan Micra à Flins, chez Renault, n'est pas une relocalisation, une telle opération s'y apparente dans la mesure où les deux entreprises sont très liées au travers de l'Alliance. Hier, le ministre du Redressement productif a du reste présenté l'annonce japonaise comme la première d'une série. «Des choses sont dans les tuyaux», assure-t-il. Les relocalisations sont encore rares en France. Voici quelques exemples récents.

Smoby

Premier fabricant français de jouets, Smoby présente l'un des cas les plus spectaculaires de relocalisation. La part de production en Chine a été ramenée à de 40 à 20 % depuis la reprise en 2008 par le groupe allemand Simba-Dickie. L'entreprise, qui a progressivement renoué avec la croissance, commence à recréer des emplois. Elle compte 450 salariés, contre 360 ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant