Smic : pas de coup de pouce au 1er janvier, annonce Rebsamen

le
1
Smic : pas de coup de pouce au 1er janvier, annonce Rebsamen
Smic : pas de coup de pouce au 1er janvier, annonce Rebsamen

«Quand la croissance revient, le Smic doit augmenter. Quand elle n'est pas là, le coup de pouce n'est pas toujours une bonne solution». Par ces mots, le ministre du Travail François Rebsamen a écarté lundi la possibilité d'une augmentation, même légère, du Smic, le salaire minimum français, au 1er janvier 2015. Le Smic sera réévalué simplement en fonction des prix et du pouvoir d'achat des salaires, comme le veut la loi. 

«L'objectif prioritaire, c'est l'emploi et l'investissement. Les salaires découleront du redémarrage» de ces deux facteurs, a expliqué le ministre lors d'un colloque sur le salaire minimum organisé par Force ouvrière. «Le Smic progresse chaque année. Mais nous avons un défi majeur pour redresser notre pays, dont la compétitivité a été abîmée», poursuit-il. 

Après son élection, François Hollande avait donné un coup de pouce au Smic, revalorisé de 2% en juin 2012. Mais depuis le salaire minimum a évolué en fonction des seuls mécanismes légaux, dont l'évolution des prix et des salaires. La prochaine évolution «normale» du Smic doit intervenir le 1er janvier 2015.

Réponse au Medef : le Smic restera le même pour tous

Par ailleurs, François Rebsamen a balayé du revers les propositions du patronat concernant la création d'un «Smic dérogatoire» ou un «sous-Smic». «L'efficacité économique de ce type d'action n'est pas démontrée. Je ne suis pas non plus pour des Smic qui seraient différents d'une région française à une autre. Le Smic est un outil national de solidarité et doit demeurer le même partout sur le territoire national. Pour un jeune pleinement dans la vie active, la règle est à travail égal, salaire égal. La société française ne veut pas d'une solution inégalitaire», détaille le ministre du Travail, répondant ainsi aux propositions du Medef. 

Pierre Gattaz, le patron des patrons, avait suggéré une rémunération plus faible que le Smic mais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le lundi 24 nov 2014 à 19:03

    c'est moins bien que les jetons de présence quand il était administrateur à DEXIA!!