Smartphones : on a testé le nouveau Galaxy S4

le
0
Smartphones : on a testé le nouveau Galaxy S4
Smartphones : on a testé le nouveau Galaxy S4

C'est le dernier joujou high-tech dont tout le monde parle? et que tout le monde attend. Commercialisé demain à 679 ? (ou à moins de 100 ? chez les principaux opérateurs contre un engagement de vingt-quatre mois), le Samsung Galaxy S4 place la barre très haut et, tel un bolide filant à fière allure, laisse techniquement sur place la quasi-totalité de ses concurrents, iPhone inclus.

C'est justement sur ce pedigree technique que le constructeur coréen compte pour faire de son dernier modèle un champion des ventes. Successeur du S3, vendu à 50 millions d'exemplaires dans le monde depuis son lancement il y a un an, le S4 pourrait s'écouler, selon certains analystes, à plus de 100 millions d'exemplaires et donc représenter, à terme, 10% du marché des smartphones. Nous avons pu, en avant-première, tester il y a quelques jours ce modèle résolument haut de gamme. L'effet « waouh! » est immédiat, tant l'écran en met plein la vue. L'iPhone 5, malgré son écran Retina, fait tout petit et surtout pâle figure à côté de ce S4 à l'écran 5 pouces (12,7 cm de diagonale) de très haute définition avec 16 millions de pixels.

Emmené par un processeur ultrarapide cadencé à 1,9 gigahertz, le nouveau Galaxy réagit au doigt et à l'?il.

Un festival de capteurs

Au-delà de l'avalanche de prouesses techniques, le S4 sait séduire grâce à quelques fonctionnalités qui feraient lever le sourcil de n'importe quel blasé du portable. La fonction Dual Camera, par exemple, permet d'incruster dans un cliché la photo de celui qui tient l'appareil. Le capteur (13 mégapixels!) offre également la possibilité de faire un « drama shot », une photo sur laquelle apparaissent plusieurs clichés d'un sujet en mouvement.

Le S4 réinvente également la manière de piloter un smartphone. Un capteur détecte les mouvements d'un doigt sans que celui ne touche l'écran, de quoi faire défiler un album photos sans y...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant