Smartphones, internet : les achats de numérique résistent à la crise

le
0
Smartphones, internet : les achats de numérique résistent à la crise
Smartphones, internet : les achats de numérique résistent à la crise

Malgré la crise, les Français restent accros à leur smartphone. Selon une étude du Credoc réalisée à la demande de Bercy sur les «conditions de vie et aspirations des français sur la diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française», les consommateurs ne réduisent pas leurs dépenses en smartphones, tablettes et abonnements internet. Dans cette étude menée auprès de 2 215 personnes, si près de la moitié reconnaît rogner sur certaines dépenses, «les consommateurs parviennent à dégager des marges de manoeuvre pour financer leur acquisition d'équipements électroniques et les abonnements téléphoniques et internet afférents».

Ainsi, les équipements en ordinateur, téléphone fixe, mobile, tablette ainsi que les abonnements internet, téléphonie et télévision sont en nette progression : 83% des 12 ans et plus disposent d'un ordinateur à domicile. Plus de huit sur dix ont une connection à internet, soit deux points de plus que l'an passé. La progression de l'équipement en tablettes tactiles est même «spectaculaire». Le taux d'équipement des ménages est passé de 8% à 17% en seulement un an. Autre signe: les ménages ont très souvent pour plus d'un tiers d'entre eux plusieurs ordinateurs dans leur foyer ou disposent de plusieurs connections à internet.

Autant de foyers équipés en portable qu'en fixe

Désormais, le nombre de personnes qui posséde un téléphone fixe dans leur foyer est pratiquement identique à celui qui détient un téléphone portable. «Ici aussi, les nouveaux outils affichent une croissance qui détonne par rapport au contexte: 39% des Français sont équipés d'un smartphone en 2013, contre seulement 17% il y a deux ans», souligne le Credoc.

Au total, en cumulant les différentes possibilités de se connecter à internet, 82% de la population peut y accèder alors qu'en 2005, «seulement une personne sur deux était internaute».

Si cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant