Smartphones : BlackBerry racheté par le fonds d'investissement Fairfax

le
0
Smartphones : BlackBerry racheté par le fonds d'investissement Fairfax
Smartphones : BlackBerry racheté par le fonds d'investissement Fairfax

Le groupe canadien en grande difficulté BlackBerry a annoncé lundi un accord pour son rachat par le fonds d'investissement canadien Fairfax, qui détient déjà 10% de ses titres, valorisant l'ex-leader des smartphones à 4,7 milliards de dollars. Cette décision fait suite à l'annonce vendredi du licenciement de 4.500 employés, soit 40% du personnel de la société canadienne.

Blackberry, le fabricant canadien qui a participé à l'explosion du marché du smartphone, est aujourd'hui en grande difficulté. Le groupe a en effet annoncé son intention de supprimer près de quatre emplois sur dix dans le monde et abandonner une partie de son activité de fabrication de téléphones, réduisant sa gamme, avec seulement quatre appareils au lieu de six actuellement.

BlackBerry, qui avait annoncé sa possible mise en vente le mois dernier, a lancé un plan de restructuration avec la suppression de 4500 emplois. Au printemps, le groupe comptait encore 12 700 employés, l'effectif va être ramené à 7 000 salariés.

Le Z10 n'a pas atteint les objectifs souhaités

Les difficultés du groupe pour vendre ses téléphones sont à l'origine de la chute de cette icône des années 2000 et le groupe a indiqué vendredi que les ventes de son Z10 n'avaient pas atteint les objectifs. Les difficultés ont surtout commencé avec la vive concurrence des téléphones d'Apple puis ensuite de ceux du coréen Samsung.

Pour le deuxième trimestre de son exercice qui vient de se terminer, le groupe BlackBerry va essuyer une perte d'exploitation de près d'un milliard de dollars et, avant éléments exceptionnels, la perte nette sera de 250 à 265 millions de dollars.

Au tout début des années 2000, le smartphone BlackBerry a été le premier sur le marché des téléphones dits intelligents. Il était devenu l'outil indispensable de tous les responsables d'entreprises et des hommes politiques en Amérique du Nord et en Europe. Le BlackBerry n'a toutefois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant