Smartbox lance le coffret cadeau virtuel E-box et voit l'avenir en numérique

le
0
www.smartprive.fr All rights reserved
www.smartprive.fr All rights reserved

(AFP) - Le leader des coffrets cadeaux, Smartbox se lance dans les coffrets virtuels à partir d'octobre, afin de glaner la clientèle plus sensible au clic de souris qu'au paquet cadeau, une stratégie en phase avec le "virage vers le numérique" pris par le groupe pour croître.

"Nous avons décidé de développer une stratégie" axée sur le numérique. "Les coffrets dématérialisés E-box pourraient assurer 10% de nos ventes d'ici deux ans", a déclaré le directeur général de Smartbox, Denis Wathier, jeudi à l'AFP.

L'expéditeur du cadeau pourra joindre au coffret E-box (coffret en version électronique) une touche personnelle, comme une petite vidéo en lien sur YouTube, des photos, etc. L'E-box virtuelle sera vendue 5 euros moins chère que la version classique.

Smartbox vient aussi de lancer un site de ventes privées, où il propose chaque semaine 70 offres des coffrets cadeaux à un prix réduit de 50 à 70% (www.smartprive.fr).

Créé en 2003 en France, Smartbox est présent aujourd'hui dans 13 pays d'Europe. En France, il détient 53% des parts de marché des coffrets cadeaux.

Son concurrent principal est Wonderbox.

Smartbox appartient au groupe Smart & Co, détenu pour l'essentiel par son fondateur Pierre-Edouard Stérin.

L'objectif de Smartbox est que le numérique et l'e-commerce représente 40% des ventes du groupe d'ici cinq ans.

Sur l'exercice 2011-2012, clos fin avril, Smartbox a réalisé un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros, dont 140 millions en France. Le groupe Smart & Co (Smartbox, Bongo, Buyagift, Cadeaubox...), rêve lui d'atteindre un milliard d'euros de ventes en 2016.

L'an dernier, 4 millions de coffrets Smartbox et Bongo (en Belgique) ont été vendus, entre 20 et 500 euros pièce et pour un prix moyen de 70 euros, selon M. Wathier.

40% des ventes ont lieu au moment des fêtes de fin d'année.

Le groupe, qui emploie 800 personnes dont 240 en France, a acquis en 2009 le britannique Buyagift, dont le chiffre d'affaires a atteint 30 millions d'euros lors du dernier exercice.

"On a l'intention de continuer à faire des acquisitions", a souligné M. Wathier. "Nous regardons activement et nous avons des pistes concrètes. Cela nous apporterait des compléments géographiques", a-t-il dit à l'AFP. Smartbox projette par ailleurs un positionnement aux Etats-Unis avec des cartes cadeaux.

"Nous sommes sur un marché extrêmement dynamique malgré la crise. Nous faisons 7% de croissance avec Smartbox cette année en France, 20% en Italie et 7% en Espagne, malgré les difficultés économiques", a ajouté M. Wathier. Il table sur "5% de croissance sur les 3 ou 4 années qui viennent pour Smartbox en France".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant