Slovaquie-Allemagne, à l'aube de la Seconde Guerre mondiale

le
0
Slovaquie-Allemagne, à l'aube de la Seconde Guerre mondiale
Slovaquie-Allemagne, à l'aube de la Seconde Guerre mondiale

Le premier match de l'histoire de la Slovaquie a eu lieu le 27 août 1939. Une victoire 2-0 de l'état-satellite du IIIème Reich sur l'Allemagne nazie. Retour sur une rencontre qui s'est déroulée quelques jours avant le début du conflit le plus meurtrier de l'histoire.

1938. L'Allemagne nazie avance vers l'Est. L'Autriche est annexée en mars, la Tchécoslovaquie est démantelée juste derrière. La Bohème-Moravie devient un protectorat du IIIème Reich, tandis qu'une République slovaque voit le jour. Un Etat satellite du Reich. Indépendante pour la première fois de son histoire, la Slovaquie se dote d'une fédération avant même la fin de l'année. Le processus est lancé, un championnat et une équipe nationale sont mis en place. Le niveau n'est pas folichon : avant l'éparpillement façon puzzle de la Tchécoslovaquie, seule une équipe faisait partie de l'élite : le CsSK Bratislava (aujourd'hui Slovan Bratislava).

Un futur joueur de la Juve comme premier buteur


Si le 20 août 1939 est une date fondatrice du football slovaque avec la première journée de son championnat, le véritable évènement a lieu une semaine plus tard, à Bratislava (que les Allemands appellent Pressburg). Ce 27 août, la Repre accueille l'Allemagne nazie pour le premier match de son histoire. "Le premier et le dernier match entre ces deux équipes étaient importants : il y avait toute une symbolique politique, c'était une manière pour le Reich de montrer sa proximité avec le régime slovaque", analyse Hardy Grüne, historien du football. 17 000 personnes et l'ensemble du gouvernement se rendent à ce match historique.

Des trains spéciaux sont affrétés, l'effervescence était à la hauteur de l'évènement. "Il allait de soi que les Slovaques jouent leur premier match international contre leurs libérateurs", annonçait le journal Kicker avant la rencontre. Certains livres slovaques d'histoire parlent de "libération nationale". Un sentiment certainement renforcé par l'issue du match. Les locaux l'emportent 2-0. Des débuts en fanfare. Jan Arpas, un attaquant de 22 ans qui portera le maillot de la Juventus après la guerre ouvre le score au quart d'heure de jeu. En fin de match, Jozef Luknar double la mise. Manquant de vitesse et de combativité, les Allemands sont complètement dépassés.

"Ce n'était pas une équipe mais un assemblage de onze joueurs"


Mais comment l'ogre allemand a-t-il pu tomber sur le terrain du novice slovaque ? Chance du débutant ? Arrangement politique ? La réponse est peut-être encore plus simple. La…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant