Skype lance une application de messages vidéo

le
0
Skype lance une application de messages vidéo
Skype lance une application de messages vidéo

Le groupe informatique américain Microsoft poursuit ses efforts pour rattraper son retard dans le mobile avec le lancement mardi d'une nouvelle application de messagerie vidéo pour smartphone dérivée de son service de communication par internet Skype.Skype Qik est une application mobile se voulant simple d'utilisation, permettant d'envoyer à une ou plusieurs personnes de courts messages vidéo (jusqu'à 42 secondes).L'idée est d'avoir un service "aussi spontané que l'envoi de messages textes, mais aussi intime qu'un appel" vocal, commente un message de présentation publié sur le blog officiel de Skype, qui dit avoir voulu "réinventer l'expérience Skype, en prenant en compte comment la culture des messageries, des selfies et des applications a changé la façon dont nous communiquons".Chaque vidéo disparaît automatiquement après deux semaines, et son expéditeur peut aussi décider de la détruire à tout moment, qu'elle ait été vue par le destinataire ou non.Cette fonctionnalité semble un peu s'inspirer de la messagerie éphémère Snapchat, très populaire auprès des adolescents, dont les messages et photos ne survivent toutefois que quelques secondes après leur découverte par le destinataire.L'application Skype Qik est compatible avec les systèmes d'exploitation Android (conçu par Google et utilisé par toute une série de fabricants de smartphones et tablettes), iOS (qui fait fonctionner l'iPhone et l'iPad d'Apple), et Windows Phone (Microsoft).Microsoft a raté le virage du mobile, un marché qui est aujourd'hui une chasse gardée d'Android et d'iOS. Les efforts du géant des logiciels pour reprendre pied sur ce terrain n'ont pas été couronnés de succès jusqu'ici. La dernière version de Windows, Windows 8, réinventée pour s'adapter aux écrans tactiles des smartphones et des tablettes, a notamment reçu un accueil mitigé depuis sa sortie fin 2012.Le lancement de cette nouvelle application intervient alors que de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant