Ski : sur les pistes, gare aux gadins

le
0
Ski : sur les pistes, gare aux gadins
Ski : sur les pistes, gare aux gadins

La neige est enfin tombée. En haut des sommets immaculés, les vacanciers, impatients, s'élancent sur les pistes plus que jamais bondées. «C'est le plus gros week-end de l'année. On n'arrête pas», soufflaient samedi des loueurs de matériel de Morzine (Haute-Savoie). Et, forcément, c'est aussi la période la plus propice aux accidents.

 

Selon les chiffres de l'association Médecins de montagne, près de 150 000 blessés ont été recensés l'hiver dernier sur les pistes. Un chiffre qui reste stable malgré les campagnes de prévention. Parmi les blessures les plus récurrentes, 29 % sont des entorses du genou. «Chez les femmes, ce traumatisme est deux fois plus fréquent. C'est un phénomène hormonal : leurs ligaments sont plus fragiles, moins élastiques», explique Jean-Baptiste Delay, président de l'association Médecins de montagne et auteur d'une thèse sur le sujet.

 

Régine, Marseillaise âgée de 52 ans, en sait quelque chose. Il y a sept ans, elle a frôlé l'opération après un long week-end de Pâques ensoleillé à Orcières-Merlette, station des Hautes-Alpes. Alors qu'elle descendait une piste, elle a freiné brutalement devant un amas de neige. «J'ai entendu mon genou gauche craquer mais je n'avais pas mal, alors j'ai continué», raconte cette skieuse occasionnelle. Le lendemain soir, une douleur lancinante l'a conduite aux urgences. Elle sera immobilisée pendant un mois, victime d'une rupture des ligaments croisés, le mal dont souffrent la moitié des blessés au genou sur les pistes.

 

VIDEO. Ski, être bien assuré en cas d'accident

 

Parmi les autres traumatismes, l'épaule arrive en deuxième position. Elle représente 14,5 % des blessures, suivie du thorax et du bassin. Les snowboarders sont, eux, plutôt sujets aux fractures du poignet. De façon générale, le taux de traumatismes crâniens est, lui, peu élevé. Il a même reculé de 15 % en quinze ans, en raison du port du casque, de plus en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant