Ski: L'Italien Dominik Paris remporte la descente de Kitzbühel

le
0
L'ITALIEN DOMINIK PARIS VAINQUEUR DE LA DESCENTE DU HAHNENKAMM
L'ITALIEN DOMINIK PARIS VAINQUEUR DE LA DESCENTE DU HAHNENKAMM

par Manuèle Lang

KITZBÜHEL, Autriche (Reuters) - Dominik Paris est devenu samedi le deuxième Italien à remporter la plus prestigieuse descente de la Coupe du monde masculine de ski alpin en s'imposant sur le Hahnenkamm à Kitzbühel.

Déjà vainqueur cette saison à Bormio, le skieur de 23 ans s'est imposé en une minute 57 secondes et 56 centièmes, pour imiter son compatriote Kristian Ghedina, vainqueur en 1998.

Il a devancé le Canadien Erik Guay et l'Autrichien Hannes Reichelt.

"Qui ne rêverait pas de gagner à Kitzbühel?", a dit le skieur originaire du Sud-Tyrol.

"Gagner à Kitzbühel, c'est un sommet dans une carrière, quelque chose de très spécial pour un descendeur. Je ne me sentais pas très bien en haut du parcours mais j'ai vraiment bien skié sur la fin. C'est le genre de course que je préfère, i faut se battre du début à la fin, comme à Bormio", a-t-il ajouté, refusant d'évoquer la descente des championnats du monde de Schladming le mois prochain.

"Je ne veux pas penser à Schladming. Kitzbühel est Kitzbühel. Rien n'est plus important maintenant."

Dominik Paris confirme ainsi la force de l'équipe italienne de vitesse, qui a remporté quatre des six descentes disputées depuis le début de la saison, Christof Innerhofer s'étant imposé à Beaver Creek et à Wengen, la semaine dernière.

Innerhofer a été au centre de toutes les attentions sur la Streif d'où il s'est élancé en 46e position après avoir été sanctionné pour ne pas avoir respecté les consignes lors d'un entraînement. Il a finalement terminé 21e.

Deuxième à 13 centième de Paris, Erik Guay signe, lui, le meilleur résultat enregistré par un Canadien sur la piste autrichienne depuis 30 ans. Reichelt a sauvé l'honneur national en finissant à 36 centièmes du vainqueur.

Aksel Lund Svindal, qui s'était montré le plus rapide à l'entraînement avant de remporter vendredi le super-G, partait favori mais a dû se contenter de la 10e place. Peut-être le Norvégien, leader de la Coupe du monde, a-t-il été troublé par la chute du Français Johan Clarey, parti juste devant lui.

Si Clarey n'a pu finir la course, son compatriote David Poisson a, lui, terminé au pied du podium, à la cinquième place.

Chrystel Boulet-Euchin pour le service français, édité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant