Ski : ils accueillent des milliers de vacanciers sur les pistes

le
0
Ski : ils accueillent des milliers de vacanciers sur les pistes
Ski : ils accueillent des milliers de vacanciers sur les pistes

Nos «monos», on les adore ! «Monsieur Dusse, ce qui ne va pas, c'est le planter de bâton !» Cette réplique culte des «Bronzés font du ski» a drôlement popularisé les moniteurs de l'Ecole du ski français (ESF). La technique du planter de bâton a disparu des pistes vertes ou noires depuis belle lurette mais pas les «pulls rouges».

Ce week-end, le plus embouteillé dans les 250 stations de l'Hexagone puisque les trois zones se retrouvent en vacances, ils seront 17 000 à apprendre le chasse-neige ou la godille. Parmi eux, une petite centaine à Villard-de-Lans (Isère), au coeur du massif du Vercors et environ 130 dans la station de Chamrousse (Isère), à 30 minutes de Grenoble. Voici une galerie de portraits de professeurs hauts en couleur.

VIDEO. Le fameux planter de bâton de Jean-Claude Duss dans «Les Bronzés»

Max, le doyen

Quand Max, 73 ans a commencé à donner des leçons en 1969, des pins mesuraient moins d'un mètre. «Maintenant, ils sont à 25-30 mètres. Le jour où on les coupera, je prendrai ma retraite. J'ai pas encore besoin de déambulateur», blague-t-il. Ce charpentier hors saison est le doyen des moniteurs de Villard-de-Lans. «Je viens d'avoir une petite de 8 ans en troisième étoile. Dans le passé, j'avais donné des cours à son grand-père et sa mère», raconte-t-il. Max la malice dévale les pentes depuis sept décennies, depuis l'âge de 3 ans. Il a débuté «avec des sabots vissés sur les skis». «Le chasse neige était beaucoup plus difficile auparavant», explique-t-il.

Pour ne surtout pas passer pour «un vieux croûton», il s'est adapté aux différentes révolutions dans le matériel et les méthodes d'enseignement. Les élèves, aussi, ont changé. «Les gamins d'aujourd'hui ont le sentiment de tout connaître. J'ai eu une élève, une jeune ingénieure qui était persuadée de savoir skier parce qu'elle avait pratiqué tous les jours sur la Wii», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant