Ski: doublé de Marcel Hirscher à Bansko

le
0
DOUBLÉ DE MARCEL HIRSCHER À BANSKO
DOUBLÉ DE MARCEL HIRSCHER À BANSKO

BANSKO, Bulgarie (Reuters) - Au lendemain de sa victoire dans le géant de Bansko, en Bulgarie, Marcel Hirscher a récidivé dimanche en slalom pour s'offrir sa huitième victoire de la saison et se rapprocher un peu plus de la tête du classement général de la Coupe du monde de ski alpin.

A la faveur de ce doublé, son deuxième cette année après celui réalisé le mois dernier à Adelboden en Suisse, le skieur autrichien n'est plus qu'à 18 points du leader du classement général, Ivica Kostelic.

Opéré récemment d'un ménisque, le Croate devrait effectuer son retour à la compétition début mars à Kranjska Gora, en Slovénie, mais il pourrait perdre sa première place provisoire dès mardi si Marcel Hirscher fait bonne figure lors du slalom parallèle programmé à Moscou.

Très en jambes moins de 24 heures après sa victoire en géant, l'Autrichien a survolé la course de dimanche en réalisant un temps cumulé d'une minute, 52 secondes et 64 centièmes.

Il a terminé avec 57 centièmes d'avance sur le Suédois Andre Myhrer et relégué le troisième, l'Italien Stefano Gross, à près d'une seconde (+90").

La surprise est venue de la disqualification de l'Autrichien Mario Matt, qui avait initialement terminé en deuxième position à l'issue des deux manches, avant que les commissaires de course ne se ravisent en estimant qu'il avait enfourché.

Les Français, peu en réussite sur la piste Alberto-Tomba, ont fait un tir groupé. Jean Baptiste Grange, handicapé par son dos, s'est classé 14e devant Steve Missilier (15e) et Alexis Pinturault (16e).

Interrogé sur ses chances de remporter le gros globe de cristal cette saison, Marcel Hirscher a souligné que ce qui allait vraiment compter dans les prochaines semaines serait sa capacité de récupération.

"J'ai des forces, des ressources en moi insoupçonnables. Mais je suis aussi fatigué", a-t-il déclaré à l'issue de sa deuxième victoire du week-end.

"C'est une longue saison et les journées comme hier sont longues, avec la conférence de presse d'après-course et le protocole qui s'ensuit. Avant, je n'avais pas conscience de ce que ça peut coûter en terme d'énergie", a-t-il expliqué.

Manuèle Lang, Olivier Guillemain pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant