Ski alpin : la semaine de vérité pour Pinturault

le
0
Ski alpin : la semaine de vérité pour Pinturault
Ski alpin : la semaine de vérité pour Pinturault

Il est la star du cirque blanc que le ski français attendait depuis vingt ans. Ses statistiques en Coupe du monde sont déjà supérieures à celles de l'immense Jean-Claude Killy (19 victoires contre 18), il est bien installé dans le trio de tête des meilleurs skieurs mondiaux et il est même le seul à parfois faire trembler l'actuel patron des pistes, l'indéracinable Autrichien Marcel Hirscher. Oui mais voilà, Alexis Pinturault ne parvient pas, pour l'instant, à accrocher le titre majeur que sa classe et son tempérament de battant lui promettent.

 

Une lacune qui crée un peu d'impatience autour de lui et même quelques questions sur sa capacité — alors qu'il arrive à maturité (25 ans) — à assumer son statut sur les grands rendez-vous.

 

Plusieurs chances de médaille

 

« Ce n'est que la troisième fois que je suis titulaire à des Mondiaux, rappelle-t-il pour rassurer son monde. Mais bien sûr, je suis ici pour aller chercher un titre ! Après, si j'accroche trois médailles mais pas d'or, on ne pourra pas dire que je me serai raté ! »

 

Pas si sûr... Vu le niveau d'ensemble des sports de neige français, Alexis ne peut conquérir le coeur du grand public qu'au prix d'un coup d'éclat. C'est désormais un succès que ses coachs attendent de lui. « Il a toutes les armes pour jouer devant en combiné et en géant », annonce David Chastan, le chef d'équipe.

 

Le combiné (descente + slalom), c'est aujourd'hui. Et le géant, vendredi. Dans ces deux disciplines, Pintu reste sur d'impressionnantes séries : il a gagné cinq des huit derniers combinés et trois des six derniers géants disputés en Coupe du monde. Sans oublier le slalom de dimanche, où il redevient très compétitif.

 

Sa première semaine de « mise en jambes » a été excellente à ces Mondiaux, avec une sixième place en super-G et le meilleur temps au deuxième entraînement de la descente : « Je me sens bien ici », sourit-il. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant