Ski: Alexis Pinturault voit déjà plus loin

le
0
ALEXIS PINTURAULT, LES YEUX RIVÉS SUR LES MONDIAUX DE FÉVRIER
ALEXIS PINTURAULT, LES YEUX RIVÉS SUR LES MONDIAUX DE FÉVRIER

par Gregory Blachier

PARIS (Reuters) - Alexis Pinturault aurait visé la victoire à Sölden dès samedi s'il n'avait été blessé à la cheville durant la préparation. Sa saison de Coupe du monde perturbée avant même d'avoir débuté, l'étoile montante du ski français a donc les yeux rivés sur les Mondiaux de février.

Le tout jeune Français n'avait qu'un podium à son actif il y a un an - une deuxième place remarquée en géant, à Kranjska Gora, en mars 2011 - et n'était qu'un espoir.

Désormais, tous les meilleurs connaissent le visage encore rond de celui qui, à 21 ans, a terminé dixième du classement général de la Coupe du monde l'année dernière et signé six podiums dans cinq disciplines différentes - toutes sauf la descente.

La saison qui débute ce week-end devait donc être celle d'Alexis Pinturault, talent naturel et polyvalent. Mais une entorse à la cheville gauche avec rupture de deux ligaments, le 1er août en jouant au tennis, a freiné son élan.

La Coupe du monde va donc commencer en retard pour le skieur de Courchevel - vraisemblablement à Levi, en Finlande, mi-novembre -, qui devra retrouver ses marques avant de viser les podiums puisque le physique, assure-t-il, n'a pas été entamé.

"A MA PLACE"

"Faudra revenir en forme globalement. Musculairement ça va, je n'ai pas perdu du tout mes cuisses, ni mon volume, c'est du temps de gagné", soulignait-il y a quelques semaines lors de la présentation des équipes de France.

"Fixer des objectifs précis, ça risque d'être compliqué parce que je vais rater des courses", ajoutait-il cependant.

Faute de pouvoir être compétitif immédiatement en Coupe du monde, il se fixe donc un objectif plus lointain, les Mondiaux qui se dérouleront à Schladming, en Autriche.

"Je vais être plus concentré sur les championnats du monde où j'arriverai probablement en forme avec les problèmes de ma cheville qui seront totalement résolus et progressivement, j'aurai retrouvé des 'tours'."

Capable de briller dans toutes les disciplines, il portera alors les espoirs d'un ski français ambitieux et dont il est la nouvelle figure de proue - mais pas encore un influent chef de file.

"Moi je ne me considère pas du tout comme un leader. Ce sont les plus vieux, qui ont beaucoup plus de bouteille que moi. Ils ont vécu beaucoup plus d'année de Coupe du monde, ils savent parfaitement ce qu'est le circuit", dit-il.

Ses résultats en imposent pourtant et Alexis Pinturault est conscient d'avoir fait une belle année - mais après tout, il a trouvé ça normal.

"Est-ce que j'ai été surpris ? Non. J'ai adapté en fonction de la situation, je me sentais de plus en plus dans 'mon' circuit et les choses se sont accélérées", raconte-t-il.

"Ce n'est pas pour autant qu'elles sont allées trop vite, j'ai vraiment senti que j'étais à ma place."

Au point que même à l'orée d'une saison qui sera tronquée, il n'envisage pas de rester dans l'ombre.

"L'objectif, c'est vraiment les championnats du monde et après, sur les Coupes du monde, essayer d'aller chercher la victoire dès que je le pourrais."

Service des sports

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant