Six Nations: Yoann Maestri poursuit son ascension

le
0
YOANN MAESTRI POURSUIT SON ASCENSION EN BLEU
YOANN MAESTRI POURSUIT SON ASCENSION EN BLEU

par Mathieu Baratas

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Titulaire pour la première fois en équipe de France samedi face à l'Irlande, le jeune deuxième ligne de Toulouse Yoann Maestri a dû apprendre à maitriser sa puissance et sa fougue pour connaître l'ascension attendue.

Une semaine après avoir fait ses débuts dans le Tournoi des Six Nations, samedi dernier contre l'Italie, en même temps que sous le maillot bleu, Maestri, 24 ans, rejoint enfin les autres figures de la génération 1988, comme Mathieu Bastareaud, Morgan Parra ou Wesley Fofana.

Capitaine dans les sélections de jeunes, trois Coupes du monde à son actif, deux en moins de 19 ans et une en moins de 20 ans, le deuxième ligne a progressé à son rythme.

"Chaque chose en son temps. On a ce qu'on mérite. Ce n'est pas lié à l'âge ou à une génération. Je ne me posais pas de questions là-dessus", a-t-il dit mardi à la presse.

"J'ai essayé d'être performant en club. Mais si je n'étais pas là hier, il y avait bien une raison. J'ai eu énormément de travail à fournir. Il faut du temps. Mais si je me dis 'enfin, maintenant', je peux me retrouver le week-end prochain la tête sous l'eau."

Après des premiers pas au RC Carqueiranne-Hyères, il a la chance de faire ses gammes au haut niveau au côté du deuxième ligne champion du monde sud-africain Victor Matfield en Pro D2, à Toulon, alors qu'il n'a que 19 ans.

Transféré pour 150.000 euros à Toulouse en 2009, il affine sa formation auprès d'autres joueurs référents comme le deuxième ligne argentin Patricio Albacete et le talonneur William Servat et glane ses premiers titres, la Coupe d'Europe en 2010 et le championnat de France en 2011.

Outre cet apprentissage haut de gamme, deux chiffres peuvent donner une idée de son apport: 2,02 m et 120 kg.

"Il a tout pour être un grand deuxième ligne. Fofana a aussi eu sa première titularisation la semaine dernière et il n'a pas été timide. Je demanderai la même chose à Yoann et de rester dans le très haut niveau, c'est-à-dire discipliné", a dit le sélectionneur des Bleus, Philippe Saint-André.

"PLUS UN MARIOLE"

Au-delà d'un choix d'avenir compte tenu de son potentiel, Maestri est titularisé face au pack irlandais pour amener sa présence physique et ses attitudes sur les zones de combat.

"C'est une de nos tâches devant, a commenté Maestri. C'est une belle preuve de confiance pour affronter une équipe très solide."

Philippe Saint-André assure que le joueur a perdu ce côté un peu "mariole" hérité de sa jeunesse toulonnaise, qui lui faisait perdre la tête au cours des matches et coûtait des points à son équipe.

"C'est sûr que par rapport à mes premières années, c'est indéniable. J'ai connu des périodes où j'étais vraiment indiscipliné. C'était lié à mon engagement, mon envie. J'ai eu une prise de conscience pour tempérer tout ça. Je peux très vite retomber bêtement dans mes travers. A Toulon et à Toulouse, j'ai effectué un gros travail avec les entraîneurs pour apprendre à être plus rigoureux", a-t-il expliqué.

Opposé à d'autres références à son poste, Paul O'Connell et Donncha O'Callaghan, connus pour leur âpreté et leur malice au combat, Maestri devra parfaire son apprentissage pour garder la tête froide et le cour chaud.

"Je ne suis pas du genre à m'enflammer. Je m'attends à un match engagé. Là, j'ai la tête dans le guidon et je reste concentré. Je vais essayer de ne pas me laisser envahir par le contexte", conclut-il.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant