Six Nations: Thierry Dusautoir "ne se projette pas à Cardiff"

le
0
THIERRY DUSAUTOIR NE PENSE PAS ENCORE AU PAYS DE GALLES
THIERRY DUSAUTOIR NE PENSE PAS ENCORE AU PAYS DE GALLES

par Mathieu Baratas

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Pour le capitaine de l'équipe de France Thierry Dusautoir, le XV de France est "concentré" et "concerné" sur la réception de l'Irlande dimanche avant de penser à une éventuelle finale du Tournoi des Six Nations au Pays de Galles dans deux semaines.

"La configuration un peu particulière de cette année montre que le niveau a augmenté au fur et à mesure de la compétition. Je ne me projette pas forcément à Cardiff. La priorité est de gagner le match demain (dimanche). Chaque jour suffit à sa peine. Il y aura suffisamment de domaines pour s'occuper les jambes et l'esprit", a dit Thierry Dusautoir en conférence de presse samedi.

Interrogé sur le scenario de la rencontre, le capitaine français a insisté sur la nécessité de bien commencer et de s'installer dans le camp irlandais après les entames ratées face à l'Italie (30-12) et l'Ecosse (23-17).

"Ce serait une bonne manière de commencer le match. On a tous constaté que nos débuts de match ne sont pas satisfaisants. C'est un axe où on a tous envie de progresser pour battre l'Irlande. Je préfère être à 18h en train de fêter la victoire avec mes coéquipiers dans les vestiaires quel que soit notre début de match ", a dit Dusautoir.

"Sur notre préparation mentale durant la semaine, il faudrait qu'on se concentre un peu plus dans ce secteur. La réaction et le résultat en Ecosse ont montré que l'équipe est concentrée et concernée sur le match. La copie serait plus intéressante si on arrivait à maîtriser nos débuts de match. Il faut aussi se rendre compte qu'on n'est pas seul sur le terrain et que les adversaires ont le droit de bien jouer", a-t-il ajouté.

"PROFITER"

Avant une "demi-finale" du Grand Chelem face à l'Angleterre le 11 mars puis une possible finale au Pays de Galles le 17 mars, les Bleus négocient un match compliqué face à un adversaire un cran au-dessus des précédents.

"Quand tu joues contre l'équipe d'Irlande, tu es conscient de jouer une belle équipe. On a préparé ce match une deuxième fois. Leurs attitudes sur les rucks et au plaquage vont nous demander un gros investissement dans ces phases-là pour déployer notre jeu. La détermination devrait être importante pour gagner le match", a espéré le flanker toulousain.

Le collectif tricolore peut s'appuyer sur la cohésion bâtie lors de la Coupe du monde pour assimiler et peaufiner le plan de jeu pensé par le staff.

"Les nouvelles choses qui nous sont demandées ne nous permettent pas d'avoir sur le terrain les mêmes automatismes qu'auparavant. La complicité qu'on a en dehors du terrain et le vécu qu'on a ensemble nous permettent de gagner du temps par rapport à une équipe qui aurait été renouvelée à 100%", a ajouté le capitaine.

"C'est une première brique, une première base, de l'équipe qui jouera la Coupe du monde en 2015."

Sur le pont depuis le mois de juin dernier, les mondialistes conservent leur motivation malgré la perspective de jouer une 12e rencontre internationale cette saison.

"Je parle au nom de tous les autres. Si on n'avait pas été sélectionné pour jouer le Tournoi 2012, il y aurait eu une grosse déception pour chacun d'entre nous. On ne pense pas trop à la fatigue et à l'enchaînement des rencontres. On se concentre sur les matches à préparer et la chance qu'on a de porter le maillot de l'équipe de France", a dit Dusautoir.

"On est dans une philosophie de profiter de chacune des minutes qui nous sont accordées", a-t-il sourit.

édité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant