Six Nations: retour de Dusautoir et Bastareaud, Papé capitaine

le
0
PASCAL PAPÉ CONSERVE LE CAPITANAT DU XV DE FRANCE POUR PRÉPARER LES SIX NATIONS
PASCAL PAPÉ CONSERVE LE CAPITANAT DU XV DE FRANCE POUR PRÉPARER LES SIX NATIONS

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Philippe Saint-André a épicé vendredi sa sélection de 33 joueurs pour préparer le Tournoi des Six Nations par le retour de Thierry Dusautoir, sans le capitanat laissé à Pascal Papé, et le rappel du proscrit Mathieu Bastareaud.

Le groupe est le premier formé par le manager-sélectionneur en toute responsabilité et depuis, notamment, la dissolution du comité de sélection.

Il reprend en grande partie la sélection appelée avant la tournée de novembre et notamment l'ensemble des 23 joueurs retenus pour la première victoire sur l'Australie (33-6), suivie de celles sur l'Argentine (39-22) et les Samoa (22-14).

"La philosophie est la même depuis le début, le groupe fort de la tournée du mois de novembre, quelques jeunes et les joueurs en forme en ce moment", a expliqué Philippe Saint-André après avoir présenté ses voeux pour une "année faite d'amour de tolérance et de respect de chacun".

Le sélectionneur a cependant dû entamer son année par une décision qui ne tolérait pas les sentiments.

Le choix était entre Thierry Dusautoir, capitaine emblématique de l'ère Lièvremont et de la Coupe du monde 2011, et Pascal Papé qui a assuré son intérim pendant qu'il était laissé au repos en juin pour la tournée en Argentine et pour celle de novembre où il était blessé.

Il a choisi le second.

"On veut surtout donner à Thierry Dusautoir le temps de revenir à son meilleur niveau. Il faut qu'il pense à lui, lui qui a toujours pensé aux autres", a-t-il dit.

"Un capitaine doit être un titulaire indiscutable (...) Papé a fait des tests de novembre de grande qualité en tant que joueur et, en tant que capitaine, son message est passé auprès des joueurs", a-t-il ajouté.

"UNE CINQUIÈME VICTOIRE"

Au chapitre des changements, le sélectionneur a fait de Mathieu Bastareaud le symbole de sa volonté de laisser le XV de France "ouvert à tous" et notamment aux joueurs en forme du moment après avoir traversé une période difficile.

"Il a fait des efforts énormes et a retrouvé son explosivité et sa vitesse", a-t-il dit du centre de Toulon qui compte neuf sélections mais avait disparu de la scène internationale depuis l'affaire de la fausse agression de la tournée en Nouvelle-Zélande 2009 et le Tournoi 2010.

"Il fait partie des joueurs qui ont le potentiel pour le très haut niveau", a-t-il ajouté.

Les arrières Brice Dulin et Jean-Marcellin Buttin, le centre Gaël Fickou et le troisième ligne Wenceslas Lauret sont aussi devenus des symboles d'une partie de la "philosophie" de Philippe Saint-André et de son désir de mettre en valeur une nouvelle génération dans la perspective du Mondial 2015.

"A niveau égal entre un joueur qui a 33/34 ans et un qui en a 25/26, on se tournera toujours vers le plus jeune", a-t-il dit.

En négatif, cette volonté a eu pour victime le talonneur William Servat qui, à 34 ans, avait mis fin à sa carrière de joueur mais qui a repris du service à Toulouse. Son retour en équipe de France avait été évoqué en raison d'une menace de suspension qui pèse sur Dimitri Szarzewski.

"Même si on sait ce qu'il a donné et ce qu'il a fait, il faut penser au futur et le futur c'est la prochaine coupe du monde", a dit Philippe Saint-André.

Avant cette échéance, il y aura le Tournoi 2013 et le manager-sélectionneur a clairement exposé son projet.

"Il y aura 33 joueurs le 26 janvier pour faire un point pendant trois jours. Ensuite on gardera le groupe le plus compétitif et le plus armé", a-t-il dit.

Les 33 seront réduits à 23 joueurs avant le premier match contre l'Italie, à Rome, le dimanche 3 février.

"On a déjà quatre victoires (ndlr: depuis juin dernier), on en veut une cinquième", a dit Philippe Saint-André.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant