Six Nations: pour Saint-André, le XV de France a de la "moelle"

le
0
PHILIPPE SAINT-ANDRÉ SATISFAIT DE LA COHÉSION AU SEIN DU XV DE FRANCE
PHILIPPE SAINT-ANDRÉ SATISFAIT DE LA COHÉSION AU SEIN DU XV DE FRANCE

EDIMBOURG (Reuters) - Stressé avant la rencontre puis soulagé au coup de sifflet final, Philippe Saint-André a jugé dimanche que le XV de France "n'a jamais paniqué" et "a progressé", lors de la victoire 23-17 en Ecosse dans le cadre du Tournoi des Six Nations.

"Ce match m'a appris qu'il y a un vrai groupe", s'est-il félicité.

"J'ai perdu et gagné ici en Ecosse en tant que joueur. Etre mené 10-0 ici, dans un stade plein, et faire ce qu'on a fait montre qu'on n'a pas paniqué. On revient", a poursuivi le nouvel homme fort du XV de France.

"Il y a de la moelle dans ce groupe. Il est solidaire. Il y a trois cols hors catégories à venir. On aura des matches de cette intensité", selon le sélectionneur.

Les Bleus rencontreront coup sur coup l'Irlande, l'Angleterre puis le favori gallois lors des trois premiers week-ends du mois de mars.

Philippe Saint-André affiche désormais un bilan positif de deux victoires en deux matches à la tête des Bleus, trois semaines après la victoire face à l'Italie 30-12.

"Je pense que c'est mieux par rapport à l'Italie", s'est réjoui le successeur de Marc Lièvremont.

"On tient mieux le ballon. Défensivement on progresse malgré deux essais encaissés. La touche s'est améliorée en deuxième mi-temps. On a été bon sur les rucks. On finit mieux qu'eux et je n'ai pas trouvés les joueurs si dans le rouge", a ajouté l'ancien entraîneur du RC Toulon.

"On a vu une belle mêlée française. On a su appuyer là où cela faisait mal. On a su identifier notre point fort et insister là-dessus. C'est la marque d'une équipe qui connaît le haut niveau", a estimé le sélectionneur.

Seule la blessure de Maxime Médard, forfait pour le prochain match contre l'Irlande, est venue ternir le tableau dressé par Philippe Saint-André.

"C'est le seul point noir de la journée, la chose la plus négative ", a déploré Philippe Saint-André. "On attend l'IRM, le scanner et des informations avant de prendre une décision".

"Il va falloir remplacer Maxime, c'est sûr", a-t-il complété, préférant attendre lundi pour donner le nom de son remplaçant.

"CAPABLE DE GAGNER À CARDIFF"

La France peut également regretter d'avoir encaissé deux essais face à l'Ecosse pour la première fois depuis la défaite en 2006 (20-16).

"Il y a plus de jeu et la défense a tenu. A part sur le premier essai, il y a une erreur de Julien (Malzieu) et Thierry (Dusautoir), on n'a pas paniqué en défense. Il faut féliciter notre discipline. On prend cinq pénalités, les Ecossais dix", a analysé Philippe Saint-André.

Le sélectionneur de l'Ecosse Andy Robinson a notamment regretté deux fautes françaises non sifflée d'Aurélien Rougerie juste avant l'essai de Maxime Médard, qui a permis à la France de reprendre l'avantage.

"Le moment clé de la rencontre", selon Robinson.

"L'entraîneur écossais s'est plaint sur le ballon récupéré. On peut se plaindre aussi sur le ballon, récupéré sur leur deuxième essai. Il faut revoir à la vidéo. Pour moi, l'arbitre (Wayne Barnes) a été cohérent", a confié Philippe Saint-André.

Andy Robinson a toutefois reconnu la supériorité de son adversaire, notamment en mêlée, et rendu un hommage appuyé à la défense française.

"La défense française a été bien meilleure que face à l'Italie et Thierry Dusautoir a réalisé des plaquages importants", a-t-il dit.

"Les Bleus sont capables de gagner à Cardiff contre les Gallois. Ils ont été menés 10-0 et ne se sont pas affolés", a-t-il ajouté.

Edité par Simon Carraud et Gregory Schwartz

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant