Six Nations: Pascal Papé, cadre en puissance du XV de France

le
0
PASCAL PAPÉ, CADRE EN PUISSANCE DU XV DE FRANCE
PASCAL PAPÉ, CADRE EN PUISSANCE DU XV DE FRANCE

par Mathieu Baratas

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - A l'aube d'une huitième titularisation d'affilée, dimanche contre l'Ecosse, le deuxième ligne Pascal Papé s'impose "naturellement" comme l'un des futurs cadres du XV de France du nouveau sélectionneur Philippe Saint-André.

Depuis un an, le deuxième ligne international (36 sélections) réalise la carrière qui lui était promise depuis ses débuts fulgurants - six titularisations d'affilée et un Grand Chelem - en 2004.

"Je me pose pas forcément la question. Je vais bien physiquement malgré le fait de jouer beaucoup et d'être sur le pont tous les week-ends. Tant que ça va, ça va. Le plus dur c'est l'usure mentale. Le fait d'avoir un nouveau sélectionneur, un nouveau staff, un nouveau système, il y a cette fraîcheur qui nous permet d'être en alerte sans arrêt", a dit Pascal Papé.

Dans la lignée d'une Coupe du monde réussie (six titularisations pour sept rencontres jouées), le joueur a maintenu son niveau de performance dans son club du Stade Français en inscrivant cinq essais en huit matches.

A 31 ans, celui qui a été deux fois capitaine du XV de France lors d'une tournée en Nouvelle-Zélande en 2007 suit la trajectoire de son aîné et ancien coéquipier de Bourgoin et Castres, Lionel Nallet (35 ans, 71 sélections), qui va mettre un terme à sa carrière internationale à la fin du Tournoi des Six Nations.

"Ce sera naturel. Je ne construis rien. Il faut que ce soit naturel. Il faut donner l'exemple sur le terrain. S'il y a des leaders qui doivent sortir du groupe, c'est par le terrain évidement", a dit l'intéressé.

GARANT DE L'ÉTAT D'ESPRIT

Papé savoure la tournure qu'a pris sa carrière internationale tourmentée par des graves blessures.

Sa première au dos - opération du canal rachidien en 2006 - l'a éloigné des terrains pendant plusieurs mois. Revenu "peut-être trop tôt" selon lui, il rate le wagon de la Coupe du monde 2007.

Alors qu'il venait d'être rappelé en équipe de France pour le Tournoi 2008, il a été victime d'une lésion au ménisque gauche en mars puis une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit lors d'un banal entraînement.

Plus explosif et aérien grâce à la préparation physique intense de deux mois l'été dernier, le joueur de 1,96 m pour 112 kg combine force de pénétration, puissance, mobilité et aisance dans les airs.

"J'ai beaucoup de plaisir à jouer tous les week-ends. Cela n'a pas toujours été comme cela. Ce sont les aléas d'une carrière. Il y a des grands moments et des mauvais moments. J'ai eu des bons moments et des mauvais moments. Là, cela va un peu mieux", a relativisé Papé.

Face aux "très grands" deuxièmes lignes écossais, il formera un nouvel attelage avec le jeune Toulousain Yoann Maestri (24 ans et une seule sélection).

"Yoann joue depuis un moment en Top 14. Il a un certain recul. Je ne me fais aucun souci. Je n'ai pas de conseil à lui donner ", a dit Papé.

Nallet sur le banc, Papé sera donc, dimanche, le garant de l'état d'esprit guerrier du XV de France face à l'Ecosse.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Benjamin Massot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant