Six Nations: Parra et Trinh-Duc hantés par Rome 2011

le
0
LA DÉFAITE CONTRE L'ITALIE EN 2011 HANTE ENCORE CERTAINS JOUEURS DU XV DE FRANCE
LA DÉFAITE CONTRE L'ITALIE EN 2011 HANTE ENCORE CERTAINS JOUEURS DU XV DE FRANCE

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Si le XV de France avait besoin de trouver une raison de se motiver avant de rencontrer l'Italie dimanche, Morgan Parra et François Trinh-Duc n'ont pas oublié le match de Rome du Tournoi 2011 dont ils font le plus mauvais moment de leur carrière.

C'était un 12 mars, la France avait subi sa première défaite face à l'Italie depuis son entrée dans le Tournoi des six nations en 2000.

Le score avait été étroit, 22-21, mais l'effet avait été dévastateur.

"Je suis en colère", avait dit le sélectionneur Marc Lièvremont avant de s'enfermer dans le silence puis de vilipender son équipe.

Le psychodrame avait duré plusieurs jours.

La carrière internationale de Sébastien Chabal et de Yannick Jauzion, deux pièces maîtresses du XV de France, s'était arrêtée là, à six mois de la Coupe du monde.

François Trinh-Duc et Morgan Parra en étaient.

"Ce n'est pas un très bon souvenir. Le pire ? Je ne sais pas. En tout cas, ça a été une grosse désillusion", dit Trinh-Duc pour lequel ces 80 minutes portaient sans doute les prémices de sa perte de la place de demi d'ouverture n°1 au Mondial.

"Un mauvais moment ? Il y en a eu d'autres mais ça a été un moment difficile", reconnaît Parra qui allait lui aussi vivre une étrange Coupe du monde où Dimitri Yachvili lui a ravi le n°9 et il a été contraint de se reconvertir en n°10.

"Un moment difficile parce que quand il t'arrive ça, il faut passer à autre chose et essayer de trouver du plaisir ailleurs", ajoute l'ancien chouchou de Marc Lièvremont devenu un deuxième choix de Philippe Saint-André.

"Quand ça se passe, tu te poses des questions: est-ce que tu vas être repris ? Est-ce qu'en équipe de France tu vas reprendre de la confiance ? Est-ce que tu vas regagner des matches ? Je pense qu'après on l'a traîné comme certains l'ont dit jusqu'à la Coupe du monde. Et ça nous a fait du mal au début de la Coupe du monde."

Mais que s'est-il donc passé ce jour-là sur le terrain de champêtre Stadio Flaminio de Rome qui sera remplacé dimanche par le Stade olympique.

"On a déjoué, on a été pris dans tous les secteurs, notamment en défense, ils étaient très présents et on n'arrivait pas à scorer", dit Trinh-Duc.

"Cela a été un moment difficile, surtout le week-end qui a suivi", ajoute-t-il.

"Le match a été compliqué, l'après-match a lui aussi a été compliqué avec tous les problèmes et autres déclarations qu'il y a eu. Je ne sais pas lequel a été le plus dur."

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant