Six Nations: "Ne rien lâcher", le nouveau credo des Bleus

le
0
LE XV DE FRANCE NE LÂCHE PLUS RIEN
LE XV DE FRANCE NE LÂCHE PLUS RIEN

par Mathieu Baratas

EDIMBOURG (Reuters) - "Pas paniqué", "pas affolé", ces mots sont revenus comme un leitmotiv sur les lèvres des Bleus, plus sereins depuis leur campagne en Coupe du monde cet automne, pour décrire leur victoire 23-17 en Ecosse.

Les Français ont été malmenés par le jeu écossais en début de rencontre (10-0) avant de prendre le dessus grâce à une plan de jeu bien pensé et surtout un état d'esprit sans faille.

"On ne s'est pas affolé et on a été solidaire. Il y a de l'expérience dans cette équipe. Elle vient de la Coupe du monde", a expliqué l'ailier Julien Malzieu, un des rares non-mondialistes alignés, avec Wesley Fofana et Yoann Maestri.

La force mentale du groupe se ressent désormais dans la gestion des rencontres.

Plus patients, plus sûrs de leurs forces tout en étant conscients de leurs faiblesses, les Bleus "savent quoi faire pour revenir dans une rencontre", comme le souligne le Parisien Pascal Papé.

"Dans cette équipe, il a y des joueurs qui ont vécu (...) une finale (perdue 8-7 contre la Nouvelle-Zélande). Ils apportent de l'expérience et transmettent leur confiance aux autres. Cela se propage", a ajouté Julien Malzieu.

Pour les anciens finalistes du Mondial, l'état d'esprit forgé en Nouvelle-Zélande se traduit par un seul credo : "ne rien lâcher".

"Je retiens cet état d'esprit. Même si on a été en difficulté, il y a toujours un joueur pour récupérer les erreurs", a analysé le demi de mêlée Morgan Parra.

STRATÉGIE CONÇUE EN AMONT

"On a bâti cet état d'esprit lors de la Coupe du monde et on continue de l'entretenir ici. On a connu des matches difficiles en phase finale, on sait comment jouer pour gérer ces rencontres", a-t-il ajouté.

Durant la semaine de préparation, les Bleus avaient annoncé le scénario de la rencontre qui s'est réalisé dès les premières minutes.

"Il nous ont imposé leur rythme et cela a été compliqué puisque on est mené 10-0", a dit le deuxième ligne Pascal Papé.

Toute la stratégie, de la défense inversée aux attitudes sur les rucks pour casser le jeu écossais, a été pensée et conçue en amont de la rencontre.

"On a travaillé cette défense depuis le début car elle est pénible pour les attaques au large", a dévoilé l'ouvreur François Trinh-Duc.

"C'est une victoire à l'extérieur contre une équipe d'Ecosse qui joue un beau rugby porté sur l'attaque. C'est un bon match même si tout n'a pas été parfait. Il y a des choses à travailler et à rectifier", a-t-il poursuivi.

"Il y a encore pleine de choses à régler", a confirmé Papé.

Conscients de la difficulté des prochains matches, face à l'Irlande, l'Angleterre et le Pays de Galles, et forts de leur expérience du Mondial, les Bleus ne tombent plus dans la douce euphorie de la victoire.

Edité par Simon Carraud et Gregory Schwartz

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant