Six Nations: Maxime Machenaud a hâte de découvrir le Tournoi

le
0
PREMIER TOURNOI DES SIX NATIONS POUR MAXIME MACHENAUD
PREMIER TOURNOI DES SIX NATIONS POUR MAXIME MACHENAUD

par Cécile Grès

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Maxime Machenaud, qui sera titularisé à la mêlée dimanche face à l'Italie, continue de faire son bonhomme de chemin en équipe de France, avec laquelle il s'apprête à vivre son premier Tournoi des Six Nations.

A 24 ans, Machenaud vient d'enchaîner ses quatre premières sélections, chaque fois en étant aligné en début de match.

Il a fait ses premiers pas en bleu le 23 juin, en Argentine, puis a confirmé durant la tournée d'automne en supplantant Morgan Parra, même âge mais 42 sélections de plus, au poste de demi de mêlée.

Après quatre succès convaincants sur l'Argentine, deux fois, l'Australie et les Samoa, le manager Philippe Saint-André lui a renouvelé sa confiance pour le Tournoi.

"Je n'ai pas trop douté. Au fur et à mesure des entraînements depuis le début de la semaine, ça s'est dessiné et j'ai compris que je serais titulaire", a dit Maxime Machenaud vendredi, à la veille du départ pour l'Italie.

Les dernières semaines avaient pourtant semé un léger doute dans son esprit : "C'est vrai que je n'ai pas joué les deux derniers matches de Coupe d'Europe de mon club quand Morgan, lui, a joué avec les siens et plutôt bien d'ailleurs."

Leur rivalité attise la curiosité et l'un comme l'autre sont interrogés sans cesse sur ce sujet. Machenaud redoute-t-il de l'aborder ? "Un peu oui, c'est possible !", dit-il dans un rire franc, avant de développer plus sérieusement :

"Il n'y a pas de rivalité, il faut arrêter avec ça. On ne se tire pas la bourre, les coachs prennent les décisions. Lui comme moi, on connaît les règles du jeu."

"ICI, JE SOURIS TOUT LE TEMPS"

Si Machenaud a les faveurs des entraîneurs pour son jeu vif et inspiré, il a aussi une faiblesse, celle de buter très peu alors que son concurrent est à ses yeux "un buteur de classe mondiale". Mais il ne s'arrête pas à ça.

"Je ne me mets pas plus de pression que ça par rapport à ce point là. Je sais qu'il y a Frédéric Michalak et Morgan en deuxième premier buteur. Maintenant, si je dois prendre mes responsabilités, je le fais avec plaisir", dit-il.

Surtout, à l'heure de disputer son premier Tournoi des six nations, le plaisir prend le dessus et le sourire ne quitte pas son visage.

"C'est différent des tournées pour la simple et bonne raison que cette fois c'est une compétition et qu'elle se joue pour être gagnée", résume-t-il.

"Quand je suis ici, je souris tout le temps", ajoute-t-il.

Ses souvenirs de Tournoi sont d'abord télévisés et invoquent Raphaël Ibanez, Fabien Galthié et leur Grand Chelem 2002.

"Je connais l'ampleur médiatique et l'engouement des supporters de l'extérieur, j'ai vraiment hâte de le vire de l'intérieur, j'ai hâte de vivre mon premier Tournoi", dit-il.

Quand il est arrivé à Marcoussis samedi pour le stage de préparation, il s'est donc attaché à réviser les combinaisons avec le "book" distribué par le staff, conscient qu'il fallait être prêt, et tout de suite.

"Ce book, je l'ai relu et je crois que je le connais presque par coeur maintenant, mais ça m'a remis dans le bain."

Au point sur la théorie, Maxime Machenaud reconnaît n'avoir "pas eu beaucoup de temps" pour la mise en pratique mais se veut confiant : "On sait ce qu'on a à faire et avec Fred Michalak, ça se passe bien."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant