Six Nations: Mathieu Bastareaud prêt à "enlever le frein"

le
0
MATHIEU BASTAREAUD PRÊT À S?ENGAGER SANS RETENUE POUR LES BLEUS
MATHIEU BASTAREAUD PRÊT À S?ENGAGER SANS RETENUE POUR LES BLEUS

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - De nouveau appelé en équipe de France, Mathieu Bastareaud promet de jouer sans retenue dimanche face à l'Italie pour le premier match des Bleus dans le Tournoi des Six Nations.

La voix toujours aussi faible que son corps est puissant, Mathieu Bastareaud savoure son retour dans un groupe qu'il avait quitté après le Tournoi 2010.

Il avait également été laissé de côté après l'affaire de la vraie-fausse agression lors d'une tournée en Nouvelle-Zélande en 2009.

"Je suis hyper heureux. Je ne m'y attendais pas trop, dans la mesure où le groupe a très bien marché en novembre", a-t-il dit au Centre national du rugby de Marcoussis.

"Pour moi, c'était déjà une petite réussite d'être dans les 33. Etre dans les 24, c'est génial. J'ai été un peu surpris à l'annonce de mon nom. Etre dans les 23, ce n'est pas une fin en soi, il faut les performances qui vont avec."

La prochaine étape sera l'annonce de la composition du XV de départ et il ne sait pas encore si, parmi les 23, il sera titulaire ou remplaçant. Puis viendra le moment d'enfiler le maillot.

"Forcément, ça va défiler dans ma tête. Pour faire les photos du trombinoscope, ça m'a fait bizarre. Déjà, je suis arrivé à rentrer dans le maillot...", dit-il en s'essayant à rire.

Le jeune homme, âgé de 24 ans, parle de "nouvelle aventure", de "nouvelle histoire".

"Je sais qu'il me reste beaucoup de boulot à effectuer. Je garde la tête froide, je ne m'enflamme pas. Je reste humble. Je vais essayer d'apporter ce que je fais d'habitude en club. En espérant que ça se passe bien", ajoute-t-il.

"SE LÂCHER UN PEU"

Mathieu Bastareaud, 110 kilos pour 1m83, dit surtout sa volonté de rester fidèle à son jeu de bison.

"Ça plait ou pas mais c'est comme ça. Maintenant, je ne vais pas essayer de me réinventer un jeu avec des passes sautées de 50 mètres pour faire plaisir à tout le monde. Je reste sur ce que je sais faire", dit-il.

Il dit enfin son envie de "se lâcher un peu".

"C'est un travail au quotidien, arrêter d'avoir constamment le frein à main sur et en dehors du terrain. Enlever le frein, être plus libéré et tenter des choses, ça n'a jamais tué personne", précise-t-il.

Quand on lui demande ce qu'il a fait pour remonter la pente depuis qu'il est parti du Stade Français en 2011 pour rejoindre le Toulon de Bernard Laporte, il n'a qu'un mot à la bouche: "travail".

Auparavant connu pour son goût pour les fast-food, il explique qu'il s'inflige désormais une heure d'entraînement supplémentaire chaque jour avant que n'arrivent ses équipiers.

"Ce n'est pas quelque chose que l'on m'a imposé. Avant, j'avais du mal avec les choses que l'on imposait. Là, c'est quelque chose qui a été décidé après une longue discussion. On m'a proposé", précise-t-il.

A ce travail physique, Bastareaud dit avoir ajouté un travail psychologique qui lui permet de mieux résister à la pression médiatique.

"Avant, ça ne me plaisait pas forcément. Maintenant, j'assume mon statut mais je ne me considère pas comme une star. Il y a beaucoup d'attention quoi que je fasse. C'est comme ça", explique-t-il.

"Quelque part, j'intrigue un peu les gens. J'assume. Mais maintenant je le prends de façon plus cool. Avant, j'avais l'impression d'être jugé".

Edité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant