Six Nations: les Bleus croqués par les Anglais

le
0
L'ANGLETERRE BAT LA FRANCE 24-22 DANS LE TOURNOI DES SIX NATIONS
L'ANGLETERRE BAT LA FRANCE 24-22 DANS LE TOURNOI DES SIX NATIONS

par Mathieu Baratas

SAINT-DENIS (Reuters) - Plombé par une nouvelle entame catastrophique, le XV de France s'est incliné 24 à 22 face à l'Angleterre dans le Tournoi des Six Nations dimanche au Stade de France.

Les Bleus ont toujours couru après le score face aux Anglais, avant de rater le drop-goal de la victoire à la dernière minute.

Cette première défaite des Français, après les victoires inaugurales contre l'Italie (30-12) et en Ecosse (23-17) et le nul contre l'Irlande (17-17), met fin au rêve d'un nouveau trophée dans le Tournoi et d'une finale au Pays de Galles dimanche prochain.

Le XV de France n'avait plus perdu au Stade de France dans le Tournoi depuis 2008, déjà face aux Anglais (13-24).

Vainqueur l'an dernier (17-9) à Twickenham, l'Angleterre a toujours le meilleur bilan d'une équipe européenne face à la France avec ce huitième succès en douze rencontres dans le Tournoi depuis 2000.

Les Anglais ont à leur actif la victoire 17-9 lors de la visite de la France à Twickenham l'an dernier et une récente prestation intéressante face au pays de Galles (12-19).

Ils sont aussi les derniers vainqueurs au Stade de France en 2008 (13-24) dans le Tournoi et y affichent le meilleur bilan face aux Bleus depuis 2000 avec sept succès en onze sorties.

Inconstante sur ses points forts, coupable d'approximations et de déchets, fautive en défense, la France n'a pas profité de l'indiscipline anglaise pour remporter un match à sa portée.

Elle a marqué par un essai de Wesley Fofana, une transformation de Morgan Parra, cinq pénalités de Julien Dupuy (1), Lionel Beauxis (3) et de Parra (1).

Les Anglais ont inscrit trois essais par Manu Tuilagi, Ben Foden et Tom Croft, complétés par trois transformations et une pénalité d'Owen Farrell.

LES BUTEURS FRANÇAIS EN ÉCHEC

Sous les yeux de Nicolas Sarkozy et de son rival socialiste François Hollande, les Bleus étaient bien décidés, contrairement à leurs aînés de Fontenoy en 1745, à ne pas laisser les Anglais tirer les premiers.

Mis en confiance par quelques enchainements offensifs prometteurs et une conquête propre, les Bleus n'ont pas réussi dans leur entreprise en raison des échecs des deux buteurs, une pénalité de Dupuy et un drop-goal de Beauxis ne parvenant pas à passer entre les poteaux.

A priori bien en place et lancés dans un surnombre offensif au milieu de terrain, ils ont été pourtant contrés sur une passe ratée de Dimitri Szarzewski, reprise par Farrell puis bonifiée par une course de Tuilagi (14e).

Dans la foulée d'une pénalité de Beauxis, les Anglais ont récupéré le ballon sur le renvoi, le puissant n°8 Ben Morgan a transpercé dans l'axe d'une défense gruyère et mis son arrière Foden dans les meilleures dispositions pour inscrire un deuxième essai anglais en cinq minutes (18e).

Au lieu d'être menés 17-3 après une pénalité ratée de Farrell sur le poteau, les Français ont regagné les vestiaires avec un retard de cinq points (9-14), davantage grâce à l'indiscipline anglaise qu'à leur génie offensif.

Une séquence longue a permis de mettre les Anglais sous pression et de récupérer une pénalité facile pour Dupuy après un geste d'humeur de l'ailier Chris Ashton sur Rougerie (32e) tandis que l'autre buteur tricolore a sanctionné une nouvelle faute anglaise sur un ruck (40e).

TROP DE GÂCHIS

Juste avant la pause (37e), la sortie de Vincent Clerc, touché à l'épaule gauche, a réorganisé la ligne de trois quart puisque Maxime Mermoz a décalé Wesley Fofana sur l'aile pour reformer la paire de centre de la finale de la Coupe du monde avec Aurélien Rougerie.

Un en-avant volontaire du nouvel ailier droit a permis à Farrell de creuser à nouveau l'écart à la 50e minute, alors que Beauxis ratait sa tentative quelques minutes après.

Outre son coaching programmé des avants Williams Servat, Vincent Debaty et Lionel Nallet, le sélectionneur Philippe Saint-André a lancé très vite le demi de mêlée et buteur Morgan Parra (50e) pour insuffler un changement dans la conduite du jeu.

Mais, les Français ont trop gâché de nombreuses situations offensives par des fautes de main, à l'image de l'en-avant de Fofana à quelques mètres de la ligne, en cherchant à transmettre à Parra.

Même en supériorité numérique suite au carton jaune de l'ailier Charlie Sharples pour un en-avant volontaire (53e), les Bleus n'ont pas réussi à faire fructifier les bons coups.

Pourtant, les Bleus ont encore profité des fautes anglaises pour revenir à deux points (15-17) grâce à des pénalités de Parra (64e) et Beauxis (68e).

Les Anglais ont alors exploité une nouvelle faille de la défense française. Après plusieurs temps de jeu, le flanker Croft a surgi dans une intervalle pour marquer le troisième essai transformé (71e).

A 24-15, les Français n'ont pas déposé les armes et le remuant Fofana a redonné l'espoir après son essai - son quatrième en quatre sélections - en coin suite à une mêlée française dominatrice (75e).

De nouveau à deux points des Anglais, les Français ont remonté le terrain grâce à un raid mais, au lieu de conserver la balle pour chercher la faute anglaise, l'ouvreur François Trinh-Duc, tout juste entré en jeu, a manqué de quelques centimètres le drop de la victoire.

Edité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant