Six Nations: les Bleus à l'école de la rigueur

le
0
LE XV DE FRANCE À L'ÉPREUVE DE LA RIGUEUR
LE XV DE FRANCE À L'ÉPREUVE DE LA RIGUEUR

par Mathieu Baratas

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - "Rigoureux", "précis", "exigeant", "structuré": les joueurs du XV de France jugent le nouveau staff tricolore, qui a imposé une ambiance de travail studieuse lors des entraînements tout en créant une atmosphère décontractée en dehors.

Après un premier stage de trois jours la semaine dernière et quelques jours de rassemblement, les 23 Bleus sélectionnés pour affronter l'Italie samedi dans le Tournoi des Six Nations apprennent à découvrir le nouveau mode de management mise en place par Philippe Saint-André et ses adjoints, Patrice Lagisquet et Yannick Bru.

Depuis sa prise de fonctions, Saint-André a apporté sa touche à l'organisation du XV de France sans faire de révolution. Très attentif à l'état d'esprit, il veille autant à l'investissement des joueurs lors des séances de travail qu'au vivre-ensemble des troupes en dehors.

"Ce sont deux managements différents, comme j'avais déjà pu connaître Bernard Laporte qui était lui aussi différent de Marc (Lièvremont). Ça ne fait que cinq jours qu'on est ensemble, donc on ressent une approche différente, un système de jeu différent, l'homme est différent aussi, on se découvre tous", a dit le demi de mêlée Dimitri Yachvili qui connait son troisième encadrement en équipe de France.

Au niveau du rugby, le staff tricolore a jeté les bases des systèmes offensifs et défensifs dans un cahier de jeu distribué aux joueurs et qui s'épaissit de feuilles volantes. Pour les joueurs, les détails dans les courses, les placements et les attitudes sont soignés et précis.

"Philippe (Saint-André) est quelqu'un de très axé sur les fondamentaux, sur la conquête, la discipline, que ce soit sur le terrain ou en dehors", a expliqué Yachvili.

"PRENDRE DU PLAISIR"

Pour suivre "la philosophie de jeu" du staff, les Bleus, anciens comme nouveaux, reconnaissent fournir des efforts supplémentaires de concentration pour assimiler et retenir les flux d'informations données lors des entraînements et des causeries.

"Les trois se répartissent les rôles. Lagisquet présente et assure le mouvement général avec Saint-André. Les avants et le jeu au près, c'est le domaine de Yannick. La défense, c'est Patrice, l'attaque, Saint-André, l'échauffement, Yannick", a détaillé l'ouvreur François Trinh-Duc.

A l'image de la séance de mardi qui a duré 1h30 au lieu de 1h, les entraînements sont intenses, dynamiques et structurés, selon les acteurs. Déjà responsabilisés lors de la Coupe du monde, les joueurs sont aussi invités à participer.

"Il y a pas mal de dialogue et de temps morts pour échanger. Ce qui est bien, c'est que les choses soient dites et qu'elles soient rigoureuses. Je préfère que ce soit carré et rigoureux et qu'on en prenne 'plein la gueule' aux entraînements. On a besoin de répéter pour tout assimiler", a complété Trinh-Duc.

Concernant le cadre de vie, Saint-André est soucieux de la qualité de vie commune. Staff et joueurs ont réfléchi sur les règles à suivre et les sanctions.

"Il y a des règles et des amendes pour les retards et les tenus. C'est 100 euros pour le retard par exemple. J'espère que cela va baisser car c'est la crise. Dimitri (Szarzewski) s'occupe de la caisse et c'est un bon comptable", dit Trinh-Duc en souriant.

En contrepartie de l'investissement demandé, le staff lâche la bride lors du temps libre. Contents d'être ensemble, en particulier les mondialistes, les joueurs ne se font pas prier pour se taquiner les uns les autres et mettre l'ambiance.

"Je veux que les joueurs prennent du plaisir. Je veux que les joueurs soient contents d'être en sélection. Je veux voir des joueurs avec la banane", dit Saint-André.

édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant