Six Nations: le XV de France se réchauffe au soleil de février

le
0

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Après une semaine de séparation et deux jours à huis clos, le XV de France tente de persuader son monde et peut-être de se persuader lui-même que la vie a repris comme d'habitude à Marcoussis à une semaine du match contre l'Angleterre.

Les cinq rappelés épargnés par les deux défaites face à l'Italie et au Pays de Galles, les premières dans les deux premiers matches du Tournoi depuis 31 ans, ont été désignés porte-parole lundi.

Malgré le soleil qui donnait un avant-goût de printemps au Centre national du rugby, leur tâche n'était pas facile car l'optimisme et l'enthousiasme sont difficiles à faire passer quand les rêves de Grand Chelem et l'euphorie de la tournée de novembre se sont enfuis d'entrée.

Antonie Claassen a été le plus convaincant, sans doute parce qu'il était encore tout à son bonheur d'être devenu le neuvième joueur de nationalité étrangère à être sélectionné dans le XV de France.

Le troisième ligne sud-africain rayonnait de plaisir lorsqu'il a lancé : "la France est ma maison, mon coeur est ici."

"Le fait d'être appelé (...) c'est magnifique (...) On n'y croit pas au début. Je ne m'y attendais pas du tout. On rêve toujours de faire partie de cette équipe mais ce sont des émotions incroyables", a-t-il dit.

Tout faisait son bonheur, à commencer, a-t-il raconté, par le fait de se regarder dans la glace avec le maillot bleu et de se dire "c'est pas mal ça", ou le fait de fredonner devant les micros la Marseillaise qu'il dit connaître par coeur.

Si leur joie était moins communicative, tous ses équipiers, comme s'ils étaient donné le mot ou si on le leur avait donné, ont dit avoir retrouvé leurs partenaires en bonne forme physique et mentale.

"JE NE SUIS PAS LE SAUVEUR"

"Je trouve qu'il y a une très bonne ambiance, tout le monde a le sourire", a déclaré le deuxième ligne Christophe Samson, autre nouveau à Marcoussis car sa première et unique sélection date de la tournée de juin en Argentine.

Avec ses 28 sélections, le troisième ligne Yannick Nyanga est davantage un habitué, même si sa carrière a connu un gros trou entre 2007 et 2012 et un autre pour les deux premiers matches du Tournoi malgré une brillante tournée d'automne.

"Je les ai trouvés bien, il y a toujours la bonne humeur qu'il y avait au mois de novembre", a-t-il dit.

Le pilier Thomas Domingo, qui a reconnu avoir été "assez triste de ne pas faire partie du groupe pour la première phase du Tournoi", s'est réjoui d'avoir senti ses équipiers "dans un nouveau dynamisme avec une envie de faire voir autre chose.

"On a travaillé les vidéos des matches précédents mais je crois qu'on a vite enregistré les erreurs pour passer sur autre chose, pour aller de l'avant", a-t-il ajouté.

Le pilier de Clermont a expliqué cet état d'esprit positif par la semaine de coupure entre la défaite face aux Gallois et le début du stage de préparation du match contre l'Angleterre de samedi à Twickenham.

"Cette semaine de coupure a fait du bien à tout le monde, elle a permis de faire un break de passer à autre chose, de se vider la tête", a-t-il dit.

"Samedi, on est arrivé avec un gros entraînement qui a mis tout le monde d'accord et a relancé une nouvelle semaine de travail avec de l'envie et l'application."

L'ailier Vincent Clerc, forfait contre l'Italie et contre Galles pour blessure, a souligné n'avoir "pas senti un traumatisme et des joueurs complètement déboussolés".

L'ailier toulousain a cependant pris ses distances avec l'humeur ambiante en affirmant qu'il n'était "pas le sauveur".

"Pas du tout, il ne faut pas me faire porter cette étiquette", a-t-il insisté. "J'ai pu recharger les batteries et je vais simplement essayer d'apporter ma fraîcheur et mon enthousiasme, mais n'en faites pas trop autour de mon retour."

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant