Six Nations: le XV de France entre désillusion et envie de rachat

le
0
LE XV DE FRANCE EN QUÊTE DE RÉDEMPTION
LE XV DE FRANCE EN QUÊTE DE RÉDEMPTION

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Plusieurs joueurs du XV de France ont levé mercredi un coin du voile sur ce qui a suivi leur défaite 23-18 à Rome, dimanche, parlant de désillusion plus ou moins "digérée", d'équipe "très émoussée", de discours "musclé" des entraîneurs et de "rachat".

"Le débrief a été difficile pour nous joueurs et le discours est assez musclé et porté sur un certain esprit de révolte", a dit le troisième ligne Fulgence Ouedraogo.

Philippe Saint-André, le sélectionneur de l'équipe de France, "essaie de nous piquer mais à juste titre. On a fait de la vidéo, il nous a mis face à ce qu'on a produit et ce qu'on a fait comme jeu", a-t-il ajouté. "On a fait un mauvais match le week-end dernier et on essaie de se reprendre".

Le demi de mêlée Maxime Machenaud a comparé l'après Italie-France au premier match de la tournée de juin en Argentine 23-20 à Cordoba.

"Philippe Saint-André a essayé de nous réveiller, de nous dire que toutes les fautes qui ont été commises sont des fautes stupides et qu'il va falloir vite se remobiliser", a dit le demi de mêlée, qui était de la tournée mais pas de la rencontre.

Mathieu Bastareaud a été le seul à se démarquer lorsqu'il lui a été demandé s'il avait trouve "musclé" le discours de Philippe Saint-André.

"Non, pas plus que ça. Enfin, pour connaître Bernard Laporte au quotidien, je peux vous assurer que j'ai vécu des après-match bien plus tendus mais c'est clair qu'il n'y avait pas beaucoup de sourires", a dit le trois-quart centre avec un sourire.

"Philippe a haussé le ton à la vidéo, comme un entraîneur déçu, frustré (...) Forcément il se pose des questions comme tout le monde", a-t-il ajouté. "Il fallait pas s'attendre à ce qu'il nous prenne dans ses bras mais c'est tout à fait normal."

"NE PAS SE LOUPER"

Interrogé sur le sentiment général au sein de l'équipe à la suite de 48 heures de huis clos, Nicolas Mas a répondu : "L'équipe est très émoussée, elle a mal vécu cette défaite."

Le pilier, qui en a vu d'autres avec ses 32 ans et ses 56 sélections, a reconnu que la désillusion de Rome ne "sera pas facile à oublier parce que cette défaite ne sera pas effacée".

Fulgence Ouedraogo était lui aussi touché. "On verra samedi si la défaite a été digérée"", a-t-il dit, "pour l'instant c'est encore dans les têtes et on est déçus".

Comme tous les autres joueurs, Ouedraogo et Mas n'en ont pas moins dit leur volonté de "tourner la page" et de "se concentrer" sur le match de samedi contre le Pays de Galles, au Stade de France.

Tous ont aussi dit que la décision de Philippe Saint-André de reconduire le groupe, à la seule exception du capitaine Pascal Papé mais seulement parce qu'il est blessé, allait leur faciliter la tâche et les stimuler.

"On a un match contre les Gallois qui est très important. On a la chance de pouvoir tous y être. On a l'occasion de se racheter une conduite", a souligné Nicolas Mas.

"Le sélectionneur nous fait encore confiance, il nous met en face de nos responsabilités", a estimé Fulgence Ouedraogo.

"Il n'a pas modifié le groupe mais je pense qu'on a un rendez-vous, samedi, qui déterminera la suite de l'histoire de ce groupe-là", a-t-il ajouté. "Il ne faudra pas se louper".

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant