Six Nations: le XV de France en quête d'un nouveau souffle

le
0
LES BLEUS EN QUÊTE D'UN NOUVEAU SOUFFLE AVANT DE SE RENDRE AU PAYS DE GALLES
LES BLEUS EN QUÊTE D'UN NOUVEAU SOUFFLE AVANT DE SE RENDRE AU PAYS DE GALLES

par Mathieu Baratas

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Le sélectionneur du XV de France a mis en avant les difficultés physiques de son équipe défaite 24-22 par l'Angleterre pour expliquer, en partie, la grande lessive réalisée dans le groupe avant de se rendre au Pays de Galles pour son dernier match du Tournoi des Six Nations.

L'appel de six nouveaux joueurs - le deuxième ligne Julien Pierre, le troisième ligne Fulgence Ouedraogo, le demi de mêlée Dimitri Yachvili, le centre Florian Fritz, l'ailier Alexis Palisson et l'arrière Jean-Marcellin Buttin - est un prétexte pour souligner l'intensité physique du rugby international et son corollaire, la difficulté des Bleus à y répondre.

"Je savais que le chantier allait être énorme. On sait qu'on joue trop. Les joueurs ne peuvent pas jouer 40 matches et enchaîner des rencontres de cette intensité avec plus de 40 minutes de temps de jeu", a expliqué Philippe Saint-André lundi à la presse.

Jusqu'à présent, il n'avait fait évoluer son groupe qu'au gré des blessures. Le large turnover dans la liste de 24 joueurs révélée lundi répond à plusieurs logiques, de la fatigue de certains aux choix stratégiques pour d'autres.

Le nouveau patron de Bleus dévoile aussi un management plus punitif en sanctionnant les prestations moyennes, voire insuffisantes, de certains joueurs comme Julien Dupuy ou Julien Malzieu.

"Oui, c'est vrai que nous avions décidé de ne le faire qu'en Argentine (lors de la tournée prévue en juin-NDLR). Par rapport au contenu, au match, à la défaite contre l'Angleterre et au niveau de fatigue, c'est un petit peu accéléré. Le malheur des uns fait le bonheur des autres", a-t-il expliqué.

"SUR LES ROTULES"

Au sortir des victoires face à l'Italie (30-12) et en Ecosse (27-13), le patron des Bleus avait surtout insisté sur les points à améliorer.

Après le nul contre l'Irlande, il a souligné la progression de le jeu et la conquête, au lendemain de la défaite face à l'Angleterre, il a constaté les lacunes physiques de son équipe.

Point fort lors des phases finales de la Coupe du monde, la défense française a montré des défaillances qui ne sont pas seulement dues à la nouvelle organisation mise en place par le responsable de ce secteur, Patrice Lagisquet.

"C'est un manque de lucidité en raison du physique. On est dans des zones de fatigue. On a du mal à être réactif. On essaie de mettre du volume dans le jeu mais on a mal dans la balance pour passer de l'attaque à la défense", a expliqué Saint-André.

Lors des trois dernières rencontres à plus de 43 minutes de temps de jeu effectif, bien plus que la moyenne de 30 minutes dans le Top 14, les Bleus ont tenté d'envoyer du jeu et veulent s'entêter dans cette voie.

"On n'est pas loin. Il va falloir bosser physiquement et techniquement. Les Gallois vont essayer de tout jouer et nous mettre dans des niveaux de fatigue élevés. C'est pour cela qu'on a mis du sang frais. On avait des joueurs qui commençaient à être sur les rotules", a-t-il ajouté.

Avec six nouveaux entrants et trois titulaires sortis, il y aura forcément des nouvelles têtes dans le XV de départ et donc du "sang-frais" pour empêcher, samedi, le Pays de Galles de réaliser le Grand Chelem.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant