Six Nations: La tension monte sur Marcoussis et Parra

le
0
MORGAN PARRA POURRAIT N'ÊTRE QUE REMPLAÇANT FACE À L'ITALIE
MORGAN PARRA POURRAIT N'ÊTRE QUE REMPLAÇANT FACE À L'ITALIE

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Le suspense sur la troisième ligne a été levé mais la tension est montée d'un cran à Marcoussis, jeudi, à la veille de l'annonce du XV de France qui rencontrera l'Italie dans le premier match du Tournoi des Six Nations.

Morgan Parra en a été l'exemple.

Le demi de mêlée de l'ère Lièvremont avait l'oeil noir et la voix sèche. Il était en colère et a laissé percer qu'il avait deux raisons de l'être.

La première était d'être un des quatre joueurs obligés de se présenter devant la presse le jour de repos hebdomadaire de l'équipe.

"Je me suis fait avoir. J'aurais pu rester dans ma chambre. Un jour off, on essaie un peu de décompresser, on est là depuis samedi donc on essaie de souffler", a-t-il lancé.

Cette colère-là n'était peut-être cependant que prétexte et la vraie raison du mécontentement de Morgan Parra était de commencer à réaliser qu'il allait peut-être être voué au rôle de remplaçant, dimanche, comme lors des deux premiers tests de novembre contre l'Australie et l'Argentine.

"DU RECUL"

Si le jeu des chasubles a un sens, tel était le cas mercredi soir lorsqu'il a porté la tenue bleue avec les moins de 19 ans. Les joueurs assurés d'être titulaires étaient en blanc.

Ses yeux sont devenus encore plus noirs lorsqu'il lui a été demandé où en était sa concurrence avec Maxime Machenaud qui a le même âge que lui, 24 ans, et 42 sélections de moins que lui (46 contre 4) mais semble en train de le supplanter.

"Je ne sais pas, il faut demander aux entraîneurs, ils vous diront déjà, demain (vendredi), qui c'est qui attaque", a-t-il répondu.

"Aujourd'hui, l'essentiel pour moi c'est de prendre du plaisir. J'en ai pris pas mal pendant deux mois en club on verra bien après la suite", a-t-il ajouté.

"Si j'ai la chance d'attaquer, ce sera énorme pour moi de pouvoir prendre encore du plaisir le week-end. Maintenant, si je suis remplaçant je prendrais le mal en patience."

"Si tu prends aujourd'hui Yannick Nyanga qui fait une grosse tournée et qui ne fait pas partie du groupe pour affronter ce premier match en Italie, tu prends du recul."

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant