Six Nations: l'Angleterre réussit ses débuts dans le Tournoi

le
0
L'ANGLETERRE RÉUSSIT SES DÉBUTS DANS LE TOURNOI
L'ANGLETERRE RÉUSSIT SES DÉBUTS DANS LE TOURNOI

EDIMBOURG (Reuters) - L'Angleterre a réussi samedi son entrée dans le Tournoi des Six Nations face à l'Ecosse (13-6) dans l'enceinte écossaise de Murrayfield, où le XV de la Rose ne s'était plus imposé depuis huit ans.

L'Angleterre n'a peut-être pas déployé un jeu flamboyant, mais Stuart Lancaster, l'entraîneur par intérim chargé de redresser la sélection après la campagne ratée lors du dernier Mondial, peut se targuer d'avoir réussi son baptême du feu.

Alors que les Ecossais menaient à la pause (6-3), l'ouvreur anglais Charlie Hodgson a inscrit à la 41e minute le seul essai de la partie, permettant à ses partenaires de prendre les commandes jusqu'au coup de sifflet final.

Owen Farrell a profité de la transformation et de deux pénalités (23e et 75e) pour alourdir la note.

Faute d'efficacité à l'approche de la ligne d'en-but en dépit de sa maîtrise du ballon, l'Ecosse s'en est remise à la botte de Dan Parks pour inscrire deux pénalités (26e et 33e).

"Nous n'avons peut-être pas tout fait comme il fallait, mais nous avons montré beaucoup de bonnes choses, particulièrement en défense où nous avons fait preuve d'un excellent état d'esprit", s'est félicité Stuart Lancaster.

Le nouveau sélectionneur avait aligné un XV profondément renouvelé depuis la déroute face à la France en quart de finale de la Coupe du Monde (19-12).

"Nous avons toujours eu confiance en ces (nouveaux) joueurs, et nous sommes heureux d'avoir pris un bon départ, mais ce n'est que la première étape", a-t-il prévenu.

Avant la rencontre, les supporteurs anglais qui avaient fait le déplacement à Edimbourg apportaient un soutien sans ambiguïté à cette stratégie du nouvel homme fort du XV d'Angleterre. Mais seule une minorité d'entre eux osait croire à une victoire.

Il faut dire que les Anglais, dominés par les Ecossais en octobre dernier, n'avaient remporté la dernière confrontation que de justesse, en match de poule de la Coupe du monde.

La rencontre de samedi a suivi le même scénario, conclu par une victoire anglaise.

"J'ai comme une impression de déjà vu, la déception est amère", a déploré Andy Robinson, le sélectionneur écossais.

Dans la rencontre inaugurale du Tournoi, le XV de France a affiché beaucoup de solidité et de réalisme lors de sa victoire face à l'Italie (30-12).

Mitch Phillips, Simon Carraud pour le service français, édité par Pierre Sérisier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant