Six Nations: Je prendrai mes responsabilités, dit Saint-André

le
0
PHILIPPE SAINT-ANDRÉ POURRAIT DÉMISSIONNER EN CAS DE NOUVELLE DÉFAITE
PHILIPPE SAINT-ANDRÉ POURRAIT DÉMISSIONNER EN CAS DE NOUVELLE DÉFAITE

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Philippe Saint-André a déclaré jeudi qu'il prendrait ses responsabilités en cas de quatrième défaite en quatre matches du Tournoi des Six Nations, samedi, mais l'encadrement du XV de France a précisé qu'il "n'envisageait pas de démissionner".

"S'il y a défaite et je ne peux pas l'imaginer et je ne l'imagine pas, je prendrai mes responsabilités", a déclaré le sélectionneur en marge de l'annonce de l'équipe qui débutera le match contre l'Irlande, à Dublin.

"S'il faut un bouc émissaire, ce sera moi, pas les joueurs", a-t-il ajouté.

Lionel Rossigneux, attaché de presse du XV de France, a précisé que Philippe Saint-André n'avait pas du tout l'intention d'évoquer une possible démission "quel que soit le résultat".

"Le sélectionneur voulait dire qu'il assumerait le résultat et protègerait ses joueurs comme il l'a toujours fait dans le passé avec pour objectif de préparer la prochaine Coupe du monde", a ajouté Lionel Rossigneux.

"Je crois en ces joueurs, je crois en leur potentiel. Des mecs qui ont été très bons au mois de novembre ne sont pas aussi mauvais qu'on peut le dire actuellement", a répété Philippe Saint-André.

L'ancien ailier et capitaine du XV de France des années 1990 a reconnu qu'il y avait "beaucoup, beaucoup de choses qui font qu'actuellement, on est un peu plus en difficultés".

Vainqueur de ses trois tests de la tournée d'automne, le XV de France a été battu par l'Italie, le Pays de Galles et l'Angleterre et risque de récolter la cuillère de bois qui sanctionne cinq défaites en cinq matches du Tournoi.

Il n'a plus connu cette humiliation depuis 1957, année où il avait perdu ses quatre rencontres dans ce qui était alors le Tournoi des Cinq Nations.

Habituellement très "volontariste", Philippe Saint-André, qui pouvait viser un Grand Chelem sur la lancée de novembre, a admis qu'il était contraint de revoir ses ambitions à la baisse.

Si son capitaine Thierry Dusautoir s'est dit prêt à "gagner moche" samedi, le sélectionneur a jugé que "le rôle de l'équipe de France, c'est de gagner beau mais dans la situation où on est, si on pouvait gagner 3-0 on signerait tout de suite".

"Nous irons en Irlande avec beaucoup d'ambition, beaucoup de colère, beaucoup de fierté mais, par contre, il va falloir avoir beaucoup d'efficacité", a-t-il ajouté. "Il va falloir forcer le destin".

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant