Six Nations: Dusautoir veut éviter les "errances" du passé

le
0
THIERRY DUSAUTOIR VEUT ÉVITER AU XV DE FRANCE LES "ERRANCES" DU PASSÉ
THIERRY DUSAUTOIR VEUT ÉVITER AU XV DE FRANCE LES "ERRANCES" DU PASSÉ

par Mathieu Baratas

PARIS (Reuters) - A la veille de la première sortie du XV de France, son capitaine, Thierry Dusautoir, a rappelé vendredi la nécessité pour les Tricolores de ne pas retomber dans "les errances" du passé.

"Pour éviter de retourner dans les errances des saisons précédentes, on a besoin de bien commencer et de ne pas se prendre pour plus fort que l'on est peut-être", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

"On a fait une bonne Coupe du monde. C'est acquis. On veut faire un bon Tournoi et il faut respecter tous les adversaires", a-t-il ajouté.

Conscient de l'attente suscitée par la campagne de la Coupe du monde achevée sur une défaite 8 à 7 en finale face à la Nouvelle-Zélande, Dusautoir préfère tourner la page afin de se concentrer sur la première échéance face à l'Italie, samedi.

"Le sport de haut niveau demande de la remise en question. On sait ce qu'on a pu faire à la Coupe du monde mais les compteurs sont remis à zéro à chaque début de compétition", a souligné le meilleur joueur du monde 2011.

"Ce même groupe a perdu la saison précédente face à l'Italie. Les raisons ont été abordées: manque d'humilité et défaut dans l'engagement", a-t-il ajouté.

Malgré le peu de temps de préparation, Dusautoir espère prolonger la dynamique et bien démarrer la nouvelle aventure sous les ordres du nouveau sélectionneur, Philippe Saint-André.

LE GARDIEN DES CREDOS

"C'est un moment important dans la mesure où on débute le Tournoi et nous avons pour objectif de gagner ce Tournoi. Un match à domicile gagné nous permettrait de bien aborder la compétition. C'est tout l'enjeu de ce premier match ", a dit le troisième ligne de Toulouse.

Conforté dans son rôle de capitaine par Saint-André, Thierry Dusautoir inscrit son action dans la continuité du mondial. Il se pose comme le gardien des credos d'engagement, de combat et l'agressivité qui ont fait recette en Nouvelle-Zélande.

"Mon discours se base sur l'investissement de chacun et la nécessité d'être porté pour le combat. Notre sport demande cet investissement. Je continue à garder cet axe-là. Les nouveaux nous apportent de la fraîcheur et ils sont très enthousiastes car ils n'ont pas vécu la Coupe du monde, notamment les mauvais moments", a dit Dusautoir.

Selon le capitaine, la défaite face à l'Italie en 2011 (21-22) à Rome, la première dans le Tournoi, est le meilleur garde-fou pour éviter de retomber dans l'inconstance, l'un des maux du rugby français.

"C'est quelque chose qui est dans nos têtes. On est passé complètement à côté de ce match. L'Italie a continué de progresser. Cela nous a mis en éveil par rapport au match de ce week-end", souligne-t-il.

"J'ai insisté sur l'engagement à mettre sur le terrain et notre investissement sur le plan du combat. On a pris une belle leçon l'année dernière et il faut s'en servir", conclut-il.

Edité par Pascal Liétout et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant