Six Nations: Dusautoir a repris ses habitudes de capitaine

le
0
THIERRY DUSAUTOIR A REPRIS SES HABITUDES DE CAPITAINE
THIERRY DUSAUTOIR A REPRIS SES HABITUDES DE CAPITAINE

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Retrouver le capitanat du XV de France dont il semblait soulagé d'être débarrassé n'a pas fait perdre le sourire à Thierry Dusautoir, vendredi à la veille du match du XV de France contre le Pays de Galles dans le Tournoi des Six Nations.

"Aujourd'hui, je retrouve une situation que je connaissais déjà, mais pour un temps seulement jusqu'à ce que Pascal revienne", a-t-il dit au cours de la traditionnelle conférence de presse du capitaine à la veille des matches internationaux.

"Donc, je n'étais pas encore déconditionné complètement du rôle de capitaine. J'ai repris mes habitudes."

Après avoir assumé le capitanat à 31 reprises en 54 sélections, notamment à la Coupe du monde 2011, Thierry Dusautoir l'avait perdu pour le Tournoi après avoir raté les tournées de juin en Argentine, pour mise au repos, et de novembre, pour blessure.

Lorsqu'est venu le temps de se mettre en ordre de bataille pour le Tournoi des Six Nations, le sélectionneur, Philippe Saint-André, lui a préféré Pascal Papé et a même émis des doutes sur sa sélection en tant que simple joueur de troisième ligne en raison de son manque de compétition.

Thierry Dusautoir n'en a pas moins été rappelé parmi les 35 présélectionnés puis les 23 sélectionnés puis les 15 titulaires et a retrouvé Marcoussis le sourire aux lèvres et avec une sérénité qui a surpris plus d'un observateur.

ADAPTATION

Dernière étape, il a repris le brassard pendant le match contre l'Italie dimanche dernier lorsque Pascal Papé a quitté le terrain blessé vers l'heure de jeu.

Il l'a conservé après le forfait de son successeur pour le match contre Galles et la semaine de préparation.

"Ce n'est pas la première fois que je suis capitaine surtout après une défaite en Italie", a-t-il dit vendredi.

"Je me suis adapté comme je le fais souvent à chaque situation. Etre simple soldat, ça ne me gênait pas plus que ça, étant donné qu'il y a moins de pression sur la gestion du groupe.".

Interrogé sur son travail de la semaine et notamment sur le fait de savoir s'il était beaucoup intervenu, il a retrouvé des touches de la langue de bois de ses grandes occasions de capitaine.

"L'équipe est évidemment vexée de sa performance le week-end dernier même s'il faut souligner la performance des Italiens. On a fait un retour sur notre performance et sur les différentes lacunes dans le jeu", a-t-il dit.

"On a eu un niveau de jeu insuffisant pour gagner un match du Tournoi des Six Nations, ça titille l'orgueil de tout le monde. On attend une réaction de l'équipe de France", a-t-il ajouté.

"Il n'y a pas 36 solutions. C'est une question de réaction. Il y a encore quatre matches à jouer. L'important aujourd'hui c'est celui du Pays de Galles. Le Tournoi ne s'est pas terminé à Rome".

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant