Six Nations: déjà l'heure du bilan à Marcoussis

le
0
THIERRY DUSAUTOIR DÉFEND LE BILAN DES BLEUS DANS LE TOURNOI DES SIX NATIONS
THIERRY DUSAUTOIR DÉFEND LE BILAN DES BLEUS DANS LE TOURNOI DES SIX NATIONS

par Cécile Grès

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - A la veille de France-Ecosse au Stade de France, l'heure était déjà au bilan vendredi à Marcoussis où le capitaine du XV de France, Thierry Dusautoir, et l'entraîneur des avants, Yannick Bru, se sont attachés à défendre le Tournoi des Bleus.

"Il y a eu un faux pas en Italie et face aux Gallois chez nous, et quand tu perds les deux premiers matches, que tu sais que les deux prochains sont à l'extérieur (...) la pression devient négative", a analysé Thierry Dusautoir.

"Et paradoxalement, je me rends compte que ce sont lors de ces deux déplacements que nous avons joué notre meilleur rugby et fait les meilleures performances", a ajouté celui qui sera samedi pour la première fois "capitaine de touche".

A Londres, le 23 février, les Bleus se sont inclinés 23-13 mais ont réalisé une bonne première mi-temps et fait douter le XV de la Rose.

"On a eu confiance en notre schéma de jeu, avec un superbe essai dans le respect de nos repères collectifs", s'est souvenu Yannick Bru. L'essai magnifique de Wesley Fofana restera, en effet, comme l'un des plus beaux moments de ce Tournoi des Six Nations du côté des Bleus.

En Irlande, deux semaines plus tard, menés 13-3 à la mi-temps, les Bleus ont trouvé l'énergie pour revenir au score(13-13), notamment grâce à ce qui avait péché en Angleterre : le coaching. "Revenir comme ça, dans des conditions météorologiques détestables, c'est la preuve que l'équipe à les capacités pour faire des gros matches", en a conclu Thierry Dusautoir.

"UNE BELLE AVENTURE"

Pour le dernier rendez-vous du Tournoi face à l'Ecosse, l'équipe de France veut non seulement gagner, mais bien gagner.

"Une victoire face à l'Ecosse récompenserait le fait de ne pas avoir lâché le morceau pendant tout le Tournoi et permettrait à tout le monde de quitter le stade et la compétition avec le sourire", a souhaité le capitaine des Bleus.

L'optimisme est donc de rigueur dans les esprits des rugbymen français, qui ont décidé à l'unanimité de voir ce Tournoi comme une expérience bonne à prendre.

"La compétition n'aura pas été riche en résultats mais elle l'aura été en enseignements, ce sont des moments difficiles à vivre et, pour les plus jeunes, par exemple, c'est bien qu'ils voient que le parcours en bleu n'est pas un long fleuve tranquille", a relativisé Thierry Dusautoir, habitué des hauts et des bas du XV de France.

Il pense aux novices comme Maxime Machenaud ou encore Wesley Fofana, dans la tourmente parfois, un peu bousculé par les décisions de Philippe Saint-André.

"En apprenant qu'il n'y a pas que des beaux moments avec le maillot tricolore, il prennent des coups et des claques mais ça leur donne confiance en eux", a continué Dusautoir, du haut de ses 31 ans et ses 58 sélections.

Du côté du staff technique, représenté par Yannick Bru, l'analyse est identique.

"La spirale a été compliquée à gérer mais à l'intérieur du groupe, les échanges ont été super enrichissants. C'est là qu'on reconnaît la valeur des hommes, et croyez-le ou non, on a vécu une très belle aventure."

Les Bleus ont prouvé à l'entraîneur des avants qu'ils avaient de l'orgueil et des ressources. "C'est presque dommage que ça se termine car on a été en progression constante ces dernières semaines et des liens se sont créés dans la difficulté", a assuré Yannick Bru.

Edité par Olivier Guillemain et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant