Six Nations: Benjamin Fall a "envie de défoncer les Anglais"

le
0
BENJAMIN FALL VEUT "DÉFONCER LES ANGLAIS"
BENJAMIN FALL VEUT "DÉFONCER LES ANGLAIS"

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Au diable le discours policé du professionnalisme, il fallait bien qu'un joueur du XV de France se lève avant le "crunch" pour dire tout le mal qu'il pense des Anglais et c'est Benjamin Fall qui a pris le rôle pour dire son "envie de les défoncer".

Il n'a pas été besoin de beaucoup insister sur l'évocation de Jeanne d'Arc ou de Napoléon, d'Azincourt ou de Waterloo, ou encore des "good game" à l'ironie et l'humour douteux (pour des Français bien sûr) de Will Carling dans les années 1990.

Malgré son sourire large et permanent, l'ailier du Racing a démarré au quart de tour, mercredi, dans la salle de presse du Centre national du rugby de Marcoussis.

"Moi, depuis que j'ai commencé le rugby, on ne me parle que de cette fameuse rivalité. J'ai hâte d'y être", a-t-il déclaré.

En cinq sélections, Benjamin Fall n'a jamais joué contre l'Angleterre et n'a jamais vu Twickenham mais il a fait l'expérience d'une confrontation avec les Anglais en Coupe d'Europe.

"Au Racing-Métro, on avait les Saracens dans la poule et beaucoup jouent en équipe d'Angleterre. Ils chambrent beaucoup sur le terrain. Dès que ça s'accroche, ils phrasent", raconte-t-il.

"J'ai un peu la malchance de comprendre l'anglais. Ils ne font que chambrer. Ça énerve, on a envie de les défoncer quoi !"

La double confrontation entre le Racing et les Saracens en H Cup s'est soldée par deux défaites du club français 30-13 et 37-28.

Benjamin Fall avait pour adversaire direct l'ailier Chris Ashton ce qui explique peut-être aussi son attitude.

Les talents de chambreur d'Ashton sont tels qu'un jour de championnat d'Angleterre il a été étendu pour le compte par un magistral coup de poing de Manu Tuilagi qui sera son partenaire samedi à Twickenham.

"Je sais que j'aurai de sacrés clients en face de moi et Ashton ne sera pas le dernier", note Benjamin Fall.

Ne risque-t-il pas ainsi de se laisser déstabiliser comme c'est si souvent arrivé dans le passé à des joueurs français au cours de France-Angleterre ?

"Non, je reste calme", répond-il. "Si j'ai l'occasion de mettre un gros tampon, je ne m'en priverai pas mais il faut rester dans les règles du jeu, il ne faut pas que ça tourne au règlement de comptes, que ça mette l'équipe en danger. Il faut faire ça intelligemment."

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant