Six mois de prison avec sursis requis contre André Bamberski

le
1
UNE PEINE DE SIX MOIS DE PRISON AVEC SURSIS DEMANDÉE CONTRE ANDRÉ BAMBERSKI
UNE PEINE DE SIX MOIS DE PRISON AVEC SURSIS DEMANDÉE CONTRE ANDRÉ BAMBERSKI

STRASBOURG (Reuters) - Le procureur de la République de Mulhouse a requis vendredi six mois de prison avec sursis contre André Bamberski, jugé pour avoir fait enlever en Allemagne le Dr Dieter Krombach, responsable en 1982 de la mort de sa fille Kalinka, afin de le livrer à la justice française.

Poursuivi pour arrestation, détention et séquestration en bande organisée, cet ancien expert-comptable de 76 ans, qui a consacré 30 ans de sa vie à poursuivre celui qu'il considère comme le meurtrier de sa fille, encourt jusqu'à 10 ans de prison.

Le magistrat a en revanche requis un an de prison ferme contre Anton Krasniqi et Kacha Bablovani, les deux hommes qui s'étaient proposés pour enlever le médecin allemand et qui avaient réalisé l'opération.

Il a enfin demandé trois mois de prison avec sursis contre Adelheid Rinke, la journaliste allemande qui avait permis de réunir les auteurs de l'opération.

La date du délibéré a été fixée au 18 juin.

Dieter Krombach, âgé alors de 74 ans, avait été enlevé dans la soirée du 17 octobre 2009 devant son domicile, près de Lindau en Bavière. La police l'avait retrouvé le lendemain bâillonné, le visage tuméfié, les pieds et les poings liés aux premières heures de la matinée dans une rue de Mulhouse.

Le médecin, qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt en France après une condamnation par contumace, a pu être rejugé et condamné à quinze années de prison pour violences volontaires ayant entraîné la mort de Kalinka Bamberski.

L'adolescente, âgée de 14 ans, était morte mystérieusement dans la nuit du 9 au 10 juillet 1982 à Lindau, où elle passait ses vacances chez son beau-père, Dieter Krombach, que sa mère venait d'épouser en seconde noces.

L'enquête menée en France a démontré que Kalinka avait reçu avant sa mort une forte dose de somnifères. Elle a également révélé le profil de pervers sexuel du Dr Krombach auquel une série d'abus sexuels sont imputés en Allemagne sur des jeunes femmes qu'il endormait au préalable.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4760237 le vendredi 23 mai 2014 à 18:29

    Au lieu de distribuer la Légion d'Honneur aux copains du gouvernement, on devrait la donner à cet homme exemplaire qui a aidé la Justice à faire son travail.