Six gardes jordaniens tués à la frontière syrienne

le , mis à jour à 16:05
0
 (Ajoute précisions, réactions de l'ambassade américaine, du roi 
de Jordanie) 
    AMMAN, 21 juin (Reuters) - Une voiture piégée a explosé 
mardi près d'un camp de réfugiés syriens, tuant six 
gardes-frontières jordaniens et blessant 14 personnes, ont 
annoncé les services de sécurité d'Amman. 
    La voiture chargée d'explosifs a explosé à quelques 
centaines de mètres du camp de réfugié de Rakban, situé dans une 
zone reculée de l'est de la Jordanie, non loin des frontières 
que la Jordanie partage avec la Syrie et l'Irak. Ce secteur 
désertique est proche d'un lieu de regroupement de l'Etat 
islamique, d'après une source des services de sécurité.  
    De source proche du pouvoir jordanien, on précise qu'il 
s'agit de la première attaque menée depuis la Syrie depuis le 
déclenchement du conflit en 2011.  
    Lancée à 05h30 (02h30 GMT), l'attaque était une opération 
militaire bien organisée, à laquelle plusieurs kamikazes 
participaient. Aucun groupe ne l'a revendiquée. 
    Le camp de Rakban abrite 50.000 réfugiés qui ont fui le 
conflit syrien. 
    Le roi Abdallah de Jordanie a promis, dans un communiqué, 
que les auteurs de l'attaque ne resteraient pas impunis et que 
ses forces de sécurité combattraient "d'une main de fer" tout 
groupe qui chercherait à perturber la sécurité du pays et des 
frontières. 
    La Jordanie est un fidèle allié des Etats-Unis et participe 
à sa campagne contre l'Etat islamique en Syrie. 
    L'ambassade des Etats-Unis à Amman a dénoncé de son côté un 
"lâche acte terroriste" et a affirmé "que son soutien sans 
faille" pour l'armée jordanienne continuerait. 
    Depuis le début du conflit syrien, Washington a dépensé des 
millions de dollars pour aider Amman à élaborer un système de 
surveillance de ses frontières pour limiter le passage de 
militants venus de Syrie ou d'Irak. 
    Le 6 juin, une attaque commise contre les services de 
sécurité du pays a fait cinq morts, dont trois officiers des 
services de renseignements jordaniens, près d'Amman, la capitale 
du pays.   
 
 (Suleiman Al-Khalidi; Nicolas Delame et Laura Martin pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant