Six Français sur dix éprouvent des difficultés à se loger

le
2
Le prix reste un frein majeur à la location comme à l'achat, malgré un tassement des prix des acquisitions immobilières.

Premier poste de dépenses des Français, le logement reste d'accès ardu. Selon un sondage Ipsos pour Orpi paru ce lundi, six personnes interrogées sur dix éprouve des difficultés à se loger. Le prix est toujours l'obstacle majeur en la matière, qu'il s'agisse d'acheter ou de louer. Les ménages consacrent à ce poste de dépense un quart de leur budget, et même un tiers pour les 30-39 ans. Si bien qu'au total, chaque Français a dépensé en moyenne 9800 euros en 2010 pour son habitation, précisait en février dernier le ministère de l'Ecologie.

Les jeunes sont les plus impactés par la hausse du coût de l'immobilier. 71% d'entre eux estiment qu'il est «difficile de trouver un logement en France pour les gens comme eux». Conséquence, les «Tanguy» se multiplient. Un quart des jeunes de 18 à 29 ans sont hébergés à titre gratuit, la plupart du temps chez leurs parents. Dans la moitié des cas, ces hébergés n'ont pas eu le choix: ils ont échoué à prendre leur autonomie, soit parce qu'ils ne sont pas parvenus à quitter le domicile parental, soit parce qu'ils y sont revenus, faute de moyens suffisants pour conserver leur indépendance.

Difficultés d'accès au crédit

Accéder à la propriété reste cependant un objectif pour beaucoup de Français. Mais le prix des biens est là encore un frein majeur, invoqué par 82% des personnes interrogées, contre 83% il y a dix ans. Pour le deuxième trimestre 2011, les Notaires de France constataient globalement un ralentissement de la hausse des prix de l'immobilier, avec une stabilisation en province. Mais la hausse enregistrée ces dernières années n'en a pas moins été difficile à absorber pour les ménages. Sur ce trimestre, le coût d'une maison en province a encore progressé de 4,9% sur un an. Et celui d'un appartement à Paris de 22,5%.

Fait nouveau, les difficultés d'accès au crédit sont par ailleurs désormais citées par 52% des sondés. C'est sept points de plus qu'en mars 2011. Les volumes de crédits immobiliers accordés par les banques ont commencé à se resserrer cet été, sous l'effet de la crise de la dette et des nouvelles normes prudentielles. Les primo-accédants sont les premiers touchés par ce changement de stratégie : 57% d'entre eux déclarent avoir eu des difficultés pour trouver un financement correspondant à leurs besoins. Avec les prix élevés, ces difficultés à accéder au crédit constituent «une double barrière» difficile à franchir.

LIRE AUSSI:

» Les Français ont dépensé 9800 euros pour se loger

» Les prix de l'immobilier ont enfin baissé cet été

» Immobilier : les Français veulent un blocage des prix

SERVICE :

» Retrouvez les annonces immobilières avec Explorimmo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • scaggio le samedi 12 nov 2011 à 10:03

    Ah oui, j'aimerais bien voir ça car tous les cadrans économiques affirment que rien ne va changer pour 2012 dans l'immobilier.

  • M9086055 le mercredi 9 nov 2011 à 18:23

    JEUNES ACQUEREURS REJOUISSEZ-VOUS.LA SUPPRESSION DU PTZ ET LA RESTRICTION DES CREDITS PAR LES BANQUES VA FORTEMENT FAIRE BAISSER LE PRIX DE L IMMOBILIER ANCIEN.EN ATTENDANT DEBUT 2012 POUR VOIR LES PRIX CHUTER, ECONOMISEZ POUR VOTRE APPORT PERSONNEL ET VOUS VERREZ DANS QUELQUES MOIS QUE CELA VA ETRE BEAUCOUP PLUS FACILE DE DEVENIR PROPRIETAIRE AVEC DES PRIX D'ACCESSION BEAUCOUP PLUS DECENTS. SURTOUT NE VOUS PRECIPITEZ PAS, 2012 SERA LE DEBUT DU RETOURNEMENT IMMOBILIER