Sivens : une centaine d'agriculteurs bloquent l'accès au site

le
2
Sivens : une centaine d'agriculteurs bloquent l'accès au site
Sivens : une centaine d'agriculteurs bloquent l'accès au site

Regain de tension à Sivens. Près d'une centaine d'agriculteurs de la FNSEA sont rassemblés ce lundi matin devant les deux accès au site du projet de barrage controversé de Sivens dans le cadre d'une opération de blocage des Zadistes nom renvoyant à la notion de Zad (Zone à défendre). Les agriculteurs veulent que le blocus soit permanent jusqu'à la réunion du Conseil général du Tarn qui examinera vendredi les projets alternatifs au barrage initialement prévu. Ils réclament l'évacuation immédiate des occupants du site, conformémement à des décisions de justice prises en février. Les agriculteurs du Tarn et du Tarn-et-Garonne ont reçu lundi le renfort des adhérents de la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles) de l'Aveyron et comptent sur ceux des autres départements de Midi-Pyrénées pour se relayer.

Les forces de gendarmerie ont mis en place un dispositif pour éviter tout contact entre les deux camps : les agriculteurs qui réclament «l'évacuation des zadistes», et ces militants écologistes qui occupent le site depuis plus d'un an. Deux groupes d'une cinquantaine d'adhérents de la FNSEA occupent les deux entrées principales du site et font face à des barrages de gendarmes mobiles, tandis que quelques dizaines de zadistes sont retranchés à plusieurs centaines de mètres derrière de petites barricades. Aucun incident n'a été relevé ce lundi matin.

«Il n'est pas question d'affrontement avec les zadistes», a déclaré Roland Legrand, président des Jeunes agriculteurs du Tarn. «Nous voulons faire pression sur l'Etat et mettre fin à une zone de non droit», a-t-il ajouté. Joint par téléphone, un zadiste a dénoncé une «séquestration» et assure que les «agriculteurs agissent sous couvert des gendarmes».

Barricade construite et détruite trois fois

Les gendarmes bloquent depuis samedi les deux principaux accès au site contesté de retenue d'eau. «On a reçu l'ordre de ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav le lundi 2 mar 2015 à 12:13

    allez les zad !!!

  • M4358281 le lundi 2 mar 2015 à 09:38

    Allez les agriculteurs ..!