Sivens : les zadistes rejettent les nouveaux projets

le
2
Sivens : les zadistes rejettent les nouveaux projets
Sivens : les zadistes rejettent les nouveaux projets

Les zadistes occupant le site du barrage de Sivens (Tarn) se sont déclarés lundi «satisfaits» de l'abandon du projet initial, mais ont souligné leur «complet désaccord» avec les deux options alternatives proposées par les experts.

«Si nous (...) sommes satisfaits de cette orientation vers un abandon du projet initial, par contre, nous sommes en complet désaccord avec ces deux propositions», a déclaré un zadiste lisant un communiqué lors d'un «point presse» sur la «zone à défendre» (zad).

Une trentaine de zadistes, tous encagoulés ou masqués, ont refusé de répondre aux questions de la vingtaine de journalistes présents, dont les identités et plaques d'immatriculation ont été vérifiées avant de pouvoir rentrer sur la zad.

«Ce type de projet porte atteinte au site»

Les occupants, qui sont encore une grosse cinquantaine sur le site, réagissaient pour la première fois à la décision de la ministre de l'Écologie Ségolène Royal, vendredi, d'enterrer le projet initial de barrage, qui suscite une vive contestation depuis des années.

Ségolène Royal s'est basée sur un nouveau rapport d'experts qui estime le projet «non adapté» et propose deux nouvelles options : une retenue d'eau réduite de moitié (750 000 m3 contre 1,5 million de m3) 330 m en amont du projet initial, mais toujours à Sivens, ou la construction de petites retenues d'eau, surnommées «bassines», sur des sites proches.

«Nous ne tolérons et n'accepterons pas ce type de projet car il porte atteinte au site de Sivens. Il favorise et renforce un modèle agricole dépassé», poursuit le communiqué des zadistes.

Les occupants ont refusé de répondre aux questions des journalistes, en particulier celle de savoir s'ils étaient prêts à évacuer le site. «On ne lâche rien», ont-ils écrit dans leur communiqué.

Une banderole «Zadistes terroristes»

Peu avant le «point presse», environ 150 agriculteurs du Tarn et du Tarn-et-Garonne, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 19 jan 2015 à 18:01

    Qu'est se quelle attendait Ségo de la par de ces terroristes? !!!

  • M8252219 le lundi 19 jan 2015 à 18:00

    le gouvernement va laisser cre/ver cette région les terroristes y sont installés