Sivens : le conseil général du Tarn suspend le chantier mais maintient son projet

le
1
Sivens : le conseil général du Tarn suspend le chantier mais maintient son projet
Sivens : le conseil général du Tarn suspend le chantier mais maintient son projet

Le conseil général du Tarn, réuni en assemblée plénière ce vendredi à Albi, en présence de près de cinquante journalistes, a suspendu, vendredi, pour une période indéfinie le chantier du barrage de Sivens. Mais il se refuse à parler d'abandon et demande à l'État d'assumer ses responsabilités sur un dossier qui est devenu une affaire nationale.

Dès 8 heures, environ 150 opposants s'étaient rassemblés dans le calme devant le Conseil général. Les forces de l'ordre avaient été mobilisées pour éviter tout débordement, comme jeudi soir à Rennes ou la veille à Paris. Les volets grillagés du CG sont baissés.

«Le drame intervenu dans la nuit de samedi à dimanche conduit l'assemblée départementale à prendre acte de l'impossibilité de poursuivre toute activité liée au déroulement du chantier», a déclaré en début de séance le président socialiste, Thierry Carcenac. Il faisait allusion à la mort de Rémi Fraisse, 21 ans, mort dimanche sur le site de construction de cette modeste retenue d'eau qui sème la discorde depuis 2011. A l'ouverture de la session, les élus ont observé une minute de silence en mémoire du manifestant mort dimanche à Lisle-sur-Tarn.

Le conseil général a ensuite entériné la suspension du chantier. Contrairement à ce qui avait été prévu, aucun débat ni vote n'a eu lieu. La séance proprement dite a commencé après une vingtaine de minutes consacrées à l'appel des conseillers et à la mise en place de la séance.

Les besoins agricoles surestimés

Concernant le barrage, Thierry Carcenac a dit «s'en remettre à l'Etat» quant à la durée de la suspension. Rejetant fermement toute idée d'abandon du projet, il a en revanche appelé à «mettre en ½uvre les préconisations des experts» qui avaient été mandatés par la ministre de l'Écologie Ségolène Royal. Un rapport qui jugeait très clairement la taille de l'ouvrage surestimée et sa nécessité discutable. Mais qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 31 oct 2014 à 14:43

    Duflot et les écolos responsables de la mort de Rémy Fraisse En soutenant des anarco terroristes et en utilisant des jeunes idéalistes pour imposer leurs idées alors qu'ils ne représentent pas 5% des français,c'est du fascisme et du terrorisme